Accueil Culture Musiques

Concours Reine Elisabeth demi-finales (mercredi après-midi): un grand moment de bonheur

Dans un après-midi plutôt morne, Ivan Karizna a offert au public du Reine Elisabeth un formidable moment de musique.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Ce ne fut pas une grande séance pour Haydn représenté par le seul 1er concerto. La Japonaise Ayano Kamimura affiche un jeu franc et direct qui n’apprécie guère les contraintes (la cadence alanguie étonne et déçoit et le 2e mouvement n’échappe pas à de sérieux problèmes de justesse). Elle se retrouve davantage dans un finale bien enlevé. Le jeu du Français Aurélien Pascal est gros et gras. Le moderato s’empâte dans un conformisme appesanti, l’adagio se traîne dans un conformisme appuyé. Ici aussi, l’enjouement du finale sauve les meubles sans vraiment s’imposer.

En seconde partie, le récital de la violoncelliste autrichienne Julia Hagen laisse sur sa faim : un Bach soigné mais neutre, une lecture littérale de l’imposé, une sonate de Chostakovitch honnête mais peu habitée, un « Scherzo-Tarentelle » de Wieniawski plus enlevé que brillant.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs