Accueil

Aida La beauté à l’état brut

Pour sa première mise en scène d’opéra, le Grec Stathis Livathinos frappe fort. Il parvient à rendre à la fois moderne et dynamique l’« Aida » de Verdi, servi par de grands interprètes et un orchestre particulièrement en forme.

Jusqu’au 4 juin au Palais de la Monnaie à Tour & Taxis (Bruxelles).

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 3 min

Le rideau s’ouvre sur un énorme rocher emprisonné dans une atmosphère brumeuse. Peu à peu, les corps s’éveillent au bruit des vagues et du vent. Au ciel, une énorme pierre laissant passer un filet de lumière semble prête à se refermer sur nous.

Dépouillée, faite de formes brutes, l’Aida mise en scène à La Monnaie par Stathis Livathinos, directeur du théâtre national d’Athènes dont c’est le premier opéra, prêche une volonté flagrante de simplicité.« Je souhaite que mon théâtre soit aussi simple et lisible que possible, nous confiait-il d’ailleurs en prélude de ce dernier opéra de la saison à La Monnaie. Il faut une réalisation très concrète qui focalise le spectateur vers l’essentiel. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs