Commission Publifin: la direction de Nethys payée via une «comptabilité parallèle»

La société AGM qui utilise le compte Nethys est basée à Alleur, la commune de Stéphane Moreau. © Belga
La société AGM qui utilise le compte Nethys est basée à Alleur, la commune de Stéphane Moreau. © Belga

La commission d’enquête sur Publifin a repris ses travaux ce jeudi matin à Namur. Les députés ont entendu Olivier Spirlet, responsable du département comptable. À ce titre, il exécute les paiements pour une douzaine de sociétés du groupe.

Un bon petit soldat

Le 21 juin 2013, le conseil d’administration de Publifin décidait de créer les comités de secteur qui allaient provoquer le scandale en raison des rémunérations exorbitantes de leurs membres. Le procès-verbal dit deux choses. Un : ces membres seront payés de la même manière que ceux du comité « gaz » préexistant. Deux : le comité de rémunérations précisera les modalités des émoluments. Cette deuxième formalité n’a jamais été remplie.

►Le nom de Nethys, synonyme d’honnêteté et de transparence

Olivier Spirlet ne s’en soucie pas. Gil Simon, le secrétaire général du groupe, lui dit de payer, et il paye. Le comptable en chef est un bon petit soldat : « Il ne m’appartient pas de valider les décisions du conseil d’administration, qui est un organe souverain. » Donc, il ne vérifie pas la légalité de ces rémunérations, ni l’existence de précisions sur les modalités de paiement. Les versements sont forfaitaires, et on corrigera plus tard, pense-t-il, si les versements ont été excessifs.

Un compte Nethys géré par une société extérieure

Mais le comptable dePublifin-Nethys a apporté un élément neuf aux députés, qui n’en sont toujours pas revenus. Chaque mois, sur ordre de Pol Heyse, le directeur financier, Olivier Spirlet effectue un versement de 300.000 euros sur un compte Nethys géré par une société extérieure AGM qui se charge de rétribuer les membres du comité de direction (Moreau, Bayer, Heyse, Simon…) et du conseil d’administration de Nethys.

En retour, le comptable du groupe reçoit les éléments agrégés relatifs à ce compte, sans donc le moindre détail sur les montants ou la destination des rémunérations et des factures couvertes par ces 300.000 euros. Selon lui, seul Pol Heyse détient les détails de la « vie » de ce compte.

Aucun contrôle

Echaudés par l’assignation en justice, les députés sont prudents, mais ils emploient le terme de « comptabilité parallèle ». Et lorsqu’ils demandent au témoin de qualifier ce mode de fonctionnement, il faut bien dire qu’il ne trouve pas d’alternative à cette expression. En d’autres termes, s’étonne la commission d’enquête, chaque mois chez Nethys, 300.000 euros d’argent public sont distribués sans aucune forme de contrôle. À noter toutefois que les opérations sont approuvées par le commissaire réviseur et n’ont fait jusqu’à présent l’objet d’aucun étonnement de la part de l’administration fiscale.

Détail intéressant : la société AGM qui utilise le compte Nethys en question est basée à Alleur, une des bourgades qui composent Ans, la commune de Stéphane Moreau. Elle a été créée par Diego Aquilina, administrateur indépendant chez Nethys, au même titre que Philippe Delaunoy et Pierre Meyers, que l’on retrouve également dans l’organigramme d’AGM…

Le rapport final de la commission d’enquête Publifin du parlement wallon devra être déposé pour le 6 juillet prochain, afin de tenir un débat en séance plénière le 12 juillet, a indiqué jeudi la présidente de la commission Olga Zrihen sur base d’une décision du bureau.

►Publifin : le rapport intermédiaire n’épargne personne

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Lionel Messi veilli par l’application FaceApp.

    Ce que FaceApp vous dit (tout bas) sur l’utilisation qu’elle fait de vos photos

  2. Louis Michel et Laurette Onkelinx.

    «Chez Laurette et Louis», le casting politique de LN24

  3. l’état d’urgence «
sécheresse
» n’est pas déclaré, mais une réunion de crise est prévue le 25 juillet prochain.

    Agriculture: comme un avant-goût de sécheresse

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Bruxelles: un accord rouge, vert, raisonnablement ambitieux

    Un accord de gouvernement, c’est un acte par lequel des élus s’engagent envers les citoyens, pour cinq ans. Au moment de sa rédaction, il peut être jugé à l’aune de son ambition et de ses priorités. A cet égard, le texte conclu par les six partis de la majorité bruxelloise affiche clairement les couleurs. Rouge et verte.

    La ville se fracture, entre pauvres et riches, que relient de moins en moins ces classes moyennes tentées par l’exode urbain. Les indicateurs se dégradent : le nombre d’enfants...

    Lire la suite