Commission Publifin: la direction de Nethys payée via une «comptabilité parallèle»

La société AGM qui utilise le compte Nethys est basée à Alleur, la commune de Stéphane Moreau. © Belga
La société AGM qui utilise le compte Nethys est basée à Alleur, la commune de Stéphane Moreau. © Belga

La commission d’enquête sur Publifin a repris ses travaux ce jeudi matin à Namur. Les députés ont entendu Olivier Spirlet, responsable du département comptable. À ce titre, il exécute les paiements pour une douzaine de sociétés du groupe.

Un bon petit soldat

Le 21 juin 2013, le conseil d’administration de Publifin décidait de créer les comités de secteur qui allaient provoquer le scandale en raison des rémunérations exorbitantes de leurs membres. Le procès-verbal dit deux choses. Un : ces membres seront payés de la même manière que ceux du comité « gaz » préexistant. Deux : le comité de rémunérations précisera les modalités des émoluments. Cette deuxième formalité n’a jamais été remplie.

►Le nom de Nethys, synonyme d’honnêteté et de transparence

Olivier Spirlet ne s’en soucie pas. Gil Simon, le secrétaire général du groupe, lui dit de payer, et il paye. Le comptable en chef est un bon petit soldat : « Il ne m’appartient pas de valider les décisions du conseil d’administration, qui est un organe souverain. » Donc, il ne vérifie pas la légalité de ces rémunérations, ni l’existence de précisions sur les modalités de paiement. Les versements sont forfaitaires, et on corrigera plus tard, pense-t-il, si les versements ont été excessifs.

Un compte Nethys géré par une société extérieure

Mais le comptable dePublifin-Nethys a apporté un élément neuf aux députés, qui n’en sont toujours pas revenus. Chaque mois, sur ordre de Pol Heyse, le directeur financier, Olivier Spirlet effectue un versement de 300.000 euros sur un compte Nethys géré par une société extérieure AGM qui se charge de rétribuer les membres du comité de direction (Moreau, Bayer, Heyse, Simon…) et du conseil d’administration de Nethys.

En retour, le comptable du groupe reçoit les éléments agrégés relatifs à ce compte, sans donc le moindre détail sur les montants ou la destination des rémunérations et des factures couvertes par ces 300.000 euros. Selon lui, seul Pol Heyse détient les détails de la « vie » de ce compte.

Aucun contrôle

Echaudés par l’assignation en justice, les députés sont prudents, mais ils emploient le terme de « comptabilité parallèle ». Et lorsqu’ils demandent au témoin de qualifier ce mode de fonctionnement, il faut bien dire qu’il ne trouve pas d’alternative à cette expression. En d’autres termes, s’étonne la commission d’enquête, chaque mois chez Nethys, 300.000 euros d’argent public sont distribués sans aucune forme de contrôle. À noter toutefois que les opérations sont approuvées par le commissaire réviseur et n’ont fait jusqu’à présent l’objet d’aucun étonnement de la part de l’administration fiscale.

Détail intéressant : la société AGM qui utilise le compte Nethys en question est basée à Alleur, une des bourgades qui composent Ans, la commune de Stéphane Moreau. Elle a été créée par Diego Aquilina, administrateur indépendant chez Nethys, au même titre que Philippe Delaunoy et Pierre Meyers, que l’on retrouve également dans l’organigramme d’AGM…

Le rapport final de la commission d’enquête Publifin du parlement wallon devra être déposé pour le 6 juillet prochain, afin de tenir un débat en séance plénière le 12 juillet, a indiqué jeudi la présidente de la commission Olga Zrihen sur base d’une décision du bureau.

►Publifin : le rapport intermédiaire n’épargne personne

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Capture

    Sortie du tome 6 de la saga «Millénium»: le retour gagnant de Lisbeth Salander

  2. Les textes de Jean-Jacques Goldman parlent le langage du cœur et de la simplicité, de la vie de tout un chacun, de l’histoire comme de la migration, avec le plus beau des humanismes.

    Jean-Jacques Goldman ne marche plus seul: il est enfin disponible en streaming

  3. Michaël Pachen et sa grande expérience radiophonique prennent la relève de Quoi de neuf, de 16 à 18h du lundi au vendredi.

    Michaël Pachen, de Bel RTL à VivaCité: «Au départ je voulais lever le pied»

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • Commissaire européen: la Belgique atteint des sommets de désinvolture

    Vous pensiez former un gouvernement ? Travailler pour une ONG ou faire des chroniques sur une chaîne d’info en continu ? Pas grave, postulez comme commissaire européen. Pour être désigné, vous devrez attendre que le Stratego politique désigne l’heureux(se) élu(e).

    Désormais, quand la Belgique désigne son candidat commissaire, elle ne propose pas de vision à la nouvelle présidente de la Commission, elle n’a pas de visée sur le poste via lequel elle voudrait influencer la politique de «...

    Lire la suite