Braine-l’Alleud mise sur la sécurité

Toutes les données personnelles des citoyens seront gardées dans ce type de casiers, dont l’ouverture se fera avec des digicodes. Ce qui garantira une traçabilité de toutes les personnes qui y auront eu accès. La commune et le CPAS de Braine-l’Alleud ne veulent prendre aucun risque. © J.-P. D.V.
Toutes les données personnelles des citoyens seront gardées dans ce type de casiers, dont l’ouverture se fera avec des digicodes. Ce qui garantira une traçabilité de toutes les personnes qui y auront eu accès. La commune et le CPAS de Braine-l’Alleud ne veulent prendre aucun risque. © J.-P. D.V.

Le soir et le week-end, le personnel de l’hôtel de ville de Braine-l’Alleud ne se sent pas toujours tranquille dans les couloirs ou à la sortie du bâtiment. La police a même dû intervenir pour un conflit qui s’envenimait avec un administré venu sans prévenir chercher des explications à une facture.

Le problème ne devrait plus être rencontré dans la nouvelle cité administrative qui ouvrira ses portes le 21 juillet dans les locaux de l’ancien bâtiment Toyota, dans le parc de l’Alliance. Une cité qui aura la particularité de regrouper en un même lieu les deux cents membres du personnel de la commune et du CPAS, aujourd’hui répartis en six lieux différents. Plus les 60 agents du service des travaux qui occupent déjà les lieux.

« Chaque membre du personnel aura un badge qui lui permettra d’accéder aux parties du bâtiment qui lui seront accessibles, précise le bourgmestre Vinent Scourneau (LB, MR) lors d’une découverte du personnel. Plus l’on montera dans les étages, plus le niveau de sécurité sera important. Le système est prévu pour signaler toutes les personnes qui entreront dans une partie qui ne leur est pas réservée. »

Vers une « Smart City »

De quoi rafraîchir certains membres du personnel qui trouvent le nouvel espace de travail certes magnifique mais qui craignent de se retrouver sous la surveillance d’un « Big Brother » qui pourrait signaler chaque fois qu’ils auraient envie d’aller au petit coin ou fumer une cigarette sans pointer au préalable. Par contre, est jugée importante la sécurité de toutes les données privées des citoyens.

« Des casiers à digicode sont prévus, poursuit le bourgmestre. Plus question d’aller farfouiller par exemple dans les certificats de bonne vie et mœurs sans avoir le niveau et sans savoir qui aura réalisé l’opération. »

Le regroupement de la commune et du CPAS est, en tout cas, une belle opération immobilière réalisée par le bourgmestre lui-même. Au temps où la Région wallonne voulait promouvoir ce type de synergies, il avait obtenu 4 millions d’euros de subsides. Il est vrai qu’on pensait alors établir la cité administrative sur une dalle, au-dessus de la gare. Mais cela aurait coûté un pont. Vincent Scourneau a alors négocié le rachat du bâtiment Toyota, avec ses 7.500 m2, pour 4,5 millions d’euros. La commune y a ajouté 3 millions pour la rénovation et l’équipement. Et va vendre ses bâtiments devenus inutiles. Une opération blanche.

Seul l’hôtel de ville ne sera pas vendu. Il servira toujours pour les fonctions protocolaires que sont les conseils communaux et les mariages, et deviendra par ailleurs la maison des associations. On en compte trois cents. Ce qui devrait amener plus de monde dans le centre-ville et dynamiser le commerce.

Enfin, la nouvelle cité administrative est équipée de la fibre optique dernier cri. De quoi réaliser la domotique des lieux, mais aussi permettre aux citoyens d’avoir accès aux documents administratifs par l’internet : « Braine-l’Alleud passe de l’ère du boulier compteur à celui de la Smart City ! »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Dominique Leroy, remerciée par le personnel de Proximus lors de son arrivée au siège de l’entreprise ce jeudi. Le parquet, lui, enquête.

    La sortie très chahutée de Dominique Leroy

  2. Pierre-Yves Dermagne

    Vente de Voo et de Win: l’Arc-en-ciel reprend le contrôle dans l’affaire Nethys

  3. Une vaste opération de démantèlement du réseau IPTV en Europe a permis de fermer plusieurs centaines de serveurs utilisés pour le piratage.

    Le vrai ou faux: existe-t-il des risques pour l’utilisateur de l’IPTV?

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Nethys: le chaos, la clarté et l’hystérie

    La clarté ou le chaos ? Il y a désormais des deux dans le dossier Nethys. Et il va falloir au nouveau ministre de tutelle, Pierre-Yves Dermagne, beaucoup de méthode, de sang-froid, d’expertise et d’indépendance politique pour dénouer ce sac de nœuds.

    Ces derniers mois, c’est l’opacité qui a régné sur la restructuration du groupe liégeois, confisquée par un management, un conseil d’administration, quelques hommes et...

    Lire la suite