Braine-l’Alleud mise sur la sécurité

Toutes les données personnelles des citoyens seront gardées dans ce type de casiers, dont l’ouverture se fera avec des digicodes. Ce qui garantira une traçabilité de toutes les personnes qui y auront eu accès. La commune et le CPAS de Braine-l’Alleud ne veulent prendre aucun risque. © J.-P. D.V.
Toutes les données personnelles des citoyens seront gardées dans ce type de casiers, dont l’ouverture se fera avec des digicodes. Ce qui garantira une traçabilité de toutes les personnes qui y auront eu accès. La commune et le CPAS de Braine-l’Alleud ne veulent prendre aucun risque. © J.-P. D.V.

Le soir et le week-end, le personnel de l’hôtel de ville de Braine-l’Alleud ne se sent pas toujours tranquille dans les couloirs ou à la sortie du bâtiment. La police a même dû intervenir pour un conflit qui s’envenimait avec un administré venu sans prévenir chercher des explications à une facture.

Le problème ne devrait plus être rencontré dans la nouvelle cité administrative qui ouvrira ses portes le 21 juillet dans les locaux de l’ancien bâtiment Toyota, dans le parc de l’Alliance. Une cité qui aura la particularité de regrouper en un même lieu les deux cents membres du personnel de la commune et du CPAS, aujourd’hui répartis en six lieux différents. Plus les 60 agents du service des travaux qui occupent déjà les lieux.

« Chaque membre du personnel aura un badge qui lui permettra d’accéder aux parties du bâtiment qui lui seront accessibles, précise le bourgmestre Vinent Scourneau (LB, MR) lors d’une découverte du personnel. Plus l’on montera dans les étages, plus le niveau de sécurité sera important. Le système est prévu pour signaler toutes les personnes qui entreront dans une partie qui ne leur est pas réservée. »

Vers une « Smart City »

De quoi rafraîchir certains membres du personnel qui trouvent le nouvel espace de travail certes magnifique mais qui craignent de se retrouver sous la surveillance d’un « Big Brother » qui pourrait signaler chaque fois qu’ils auraient envie d’aller au petit coin ou fumer une cigarette sans pointer au préalable. Par contre, est jugée importante la sécurité de toutes les données privées des citoyens.

« Des casiers à digicode sont prévus, poursuit le bourgmestre. Plus question d’aller farfouiller par exemple dans les certificats de bonne vie et mœurs sans avoir le niveau et sans savoir qui aura réalisé l’opération. »

Le regroupement de la commune et du CPAS est, en tout cas, une belle opération immobilière réalisée par le bourgmestre lui-même. Au temps où la Région wallonne voulait promouvoir ce type de synergies, il avait obtenu 4 millions d’euros de subsides. Il est vrai qu’on pensait alors établir la cité administrative sur une dalle, au-dessus de la gare. Mais cela aurait coûté un pont. Vincent Scourneau a alors négocié le rachat du bâtiment Toyota, avec ses 7.500 m2, pour 4,5 millions d’euros. La commune y a ajouté 3 millions pour la rénovation et l’équipement. Et va vendre ses bâtiments devenus inutiles. Une opération blanche.

Seul l’hôtel de ville ne sera pas vendu. Il servira toujours pour les fonctions protocolaires que sont les conseils communaux et les mariages, et deviendra par ailleurs la maison des associations. On en compte trois cents. Ce qui devrait amener plus de monde dans le centre-ville et dynamiser le commerce.

Enfin, la nouvelle cité administrative est équipée de la fibre optique dernier cri. De quoi réaliser la domotique des lieux, mais aussi permettre aux citoyens d’avoir accès aux documents administratifs par l’internet : « Braine-l’Alleud passe de l’ère du boulier compteur à celui de la Smart City ! »

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Internet|Police|Rénovation|Fusions-acquisitions
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
C’est un mépris inacceptable à l’égard du Palais
!
», tonne le constitutionnaliste Marc Verdussen (UCL).

    Crise politique: le Roi tenu à l’écart, quelles conséquences?

  2. Charles Michel s’attendait depuis plusieurs jours au départ des ministres N-VA du gouvernement. Sa riposte était prête et il avait déjà préparé.

    Crise politique: les trois scènes qui ont mené à la rupture

  3. Le président de la N-VA a utilisé une formule qui est à la fois extrêmement efficace et qui n’est pas suffisamment outrancière pour qu’on puisse s’en offusquer.

    «Coalition Marrakech», les mots n’ont pas été choisis par hasard

Chroniques
  • Mémoire aux poubelles, mémoire des poubelles

    Dans son documentaire Un héritage empoisonné, (voir aussi) Isabelle Masson-Loodts (entre autres membre du collectif Huma) établit un parallèle effrayant entre, d’une part, la « gestion » des obus et autres vestiges de la Première Guerre et, d’autre part, la gestion des déchets nucléaires menée par l’ANDRA (l’Agence nationale française des déchets radioactifs, NDLR). En cent ans, le constat n’est pas tant que l’on n’a rien appris ; c’est surtout que les mêmes erreurs sont commises, au nom de la même ignorance, du même cynisme et du même mépris des populations locales.

    La région de la Meuse, dans le nord de la France, permet à la réalisatrice de conforter ce parallèle ; elle a connu les dévastations de la Grande Guerre, les affres du nettoyage des déchets toxiques de cette guerre (obus souvent chargés de produits chimiques, cadavres…), et aujourd’hui, les projets d’enfouissement à plus de 500 mètres sous terre des déchets...

    Lire la suite

  • La souveraineté, cette dangereuse obsession

    S i la question se posait aujourd’hui, la Belgique ne signerait pas la Déclaration universelle des droits de l’homme. » Françoise Tulkens, ex-juge à la Cour européenne des droits de l’homme, est catégorique et en veut pour preuve les dissensions gigantesques qui entourent la signature du pacte migratoire. L’ex-juge souligne l’hostilité actuelle aux textes supranationaux, bien éloignée de l’enthousiasme d’il y a vingt ans.

    ...

    Lire la suite