Wavre: l’éclairage intelligent du VillagExpo primé d’un Award

Le patron de la société SmartNodes, Jean Beka, estimait, en avril 2015, l’économie d’énergie à 86 % de la consommation d’alors. L’échevine Anne Masson (LB, MR), en charge de la Régie de l’électricité de Wavre, avoue aujourd’hui qu’elle tablait sur une économie de 70 %. C’est donc fièrement qu’elle annonce que « nous avons atteint 82 %. »

Ce dont on parle, c’est de l’éclairage intelligent (smart en anglais) qui a été posé dans le VillagExpo et qui vient d’être primé par le Belfius Smart City Award pour les cités de plus de 30.000 habitants. La Hulpe était nominée dans la catégorie inférieure pour l’annonce de 50 mesures à prendre pour devenir un smart village, mais n’a pas obtenu le prix.

Pour Wavre, c’est Roger le Bussy, le directeur de la Régie de l’électricité, qui a eu l’idée de profiter de la nécessité de remplacer l’éclairage public dans le VillagExpo, qui fêtait alors ses quarante ans d’existence, pour développer des recherches. Il lui est vite apparu que la technologie SmartNodes, une spin-off de l’université de Liège, allait combler ses attentes.

Deux cent quatre-vingt-deux points lumineux, fonctionnant avec des diodes électroluminescentes (DEL), plus connues sous leur abréviation anglaise de LED, ont été ainsi placés sur quatre kilomètres de voiries, dans vingt-sept clos touchant quatre cents logements. Lesquels bénéficient « en permanence d’une lumière de deux lux, soit deux fois l’intensité lumineuse de la pleine lune ».

Cet éclairage est par ailleurs dynamique. Un premier luminaire détecte un usager et adapte aussitôt sa luminosité. Un signal est ensuite envoyé de poteau en poteau. La lumière suit ainsi l’usager et diminue progressivement d’intensité après son passage. Selon Anne Masson, « nous enregistrons également quel type d’usager est passé à quel moment de la nuit afin d’optimiser l’utilisation du système. » Et des améliorations sont annoncées comme des compteurs pour déterminer les endroits de passage ou la vitesse. De quoi adapter un plan de mobilité ou d’alimenter des panneaux d’information de la ville.

Le montant de l’investissement consenti pour cette installation encore unique en Belgique n’a jamais été dévoilé, mais on indique toujours qu’il sera amorti en huit ans.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Essaimage|Belgique|Anne Masson
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. GMED:bc111bcb-3902-4525-97b8-123c4eef9450

    Brexit: les citoyens belges au Royaume-Uni dans le flou sur leurs droits

  2. Image=d-20190121-3QUFAF_high[1]

    Comment contrer le populisme sans le renforcer?

  3. Les révélations qui se succèdent rendent Donald Trump de plus en plus nerveux...

    Etats-Unis: Donald Trump rattrapé par ses liaisons dangereuses avec la Deutsche Bank

Chroniques
  • Comment contrer le populisme sans le renforcer?

    A l’approche des élections européennes, les grands médias s’interrogent sur l’attitude à adopter face à la poussée populiste, qui menace de saper le fonctionnement de l’Union. Ils affrontent ainsi une question redoutable, et paradoxale : comment contrer le populisme sans contribuer à le renforcer ?

    Il y a belle lurette, en effet, que les médias de qualité ont pris fait et cause contre le populisme, avec un succès tout relatif. On ne compte plus les articles, les éditos et les dossiers qui dénoncent le danger populiste et ses conséquences. En règle générale, le propos suit deux lignes simultanées : démonter la propagande populiste en lui opposant des faits, des statistiques, des contraintes qu’elle ignore superbement ; et dérouler les conséquences du populisme, montrer quelle société invivable il nous prépare, dont les années 30 nous ont donné plus qu’une idée. Leçon de vérité et leçon de morale : des faits face à des délires, des valeurs face à la tentation du Mal.

    Cette réaction est nécessaire, mais est-elle efficace...

    Lire la suite

  • Une élue MR prive la Wallonie de majorité: dérisoire et pourtant irresponsable

    Patricia Potigny, vous connaissez ? Ce n’est pas faire injure à l’élue carolo d’affirmer ici qu’elle n’a guère marqué les esprits depuis qu’elle siège au parlement de Wallonie. En 2015, elle y a remplacé Véronique Cornet, qui a laissé un vide immense, elle.

    Depuis lors, la suppléante s’est contentée durant trois ans de jouer les bons petits soldats du libéralisme wallon. Pas un mot de travers, pas un coup de gueule. Rien. Rien qu’on sache en tout cas. Jean-Paul Wahl lui-même, le chef de groupe...

    Lire la suite