Wavre: l’éclairage intelligent du VillagExpo primé d’un Award

Le patron de la société SmartNodes, Jean Beka, estimait, en avril 2015, l’économie d’énergie à 86 % de la consommation d’alors. L’échevine Anne Masson (LB, MR), en charge de la Régie de l’électricité de Wavre, avoue aujourd’hui qu’elle tablait sur une économie de 70 %. C’est donc fièrement qu’elle annonce que « nous avons atteint 82 %. »

Ce dont on parle, c’est de l’éclairage intelligent (smart en anglais) qui a été posé dans le VillagExpo et qui vient d’être primé par le Belfius Smart City Award pour les cités de plus de 30.000 habitants. La Hulpe était nominée dans la catégorie inférieure pour l’annonce de 50 mesures à prendre pour devenir un smart village, mais n’a pas obtenu le prix.

Pour Wavre, c’est Roger le Bussy, le directeur de la Régie de l’électricité, qui a eu l’idée de profiter de la nécessité de remplacer l’éclairage public dans le VillagExpo, qui fêtait alors ses quarante ans d’existence, pour développer des recherches. Il lui est vite apparu que la technologie SmartNodes, une spin-off de l’université de Liège, allait combler ses attentes.

Deux cent quatre-vingt-deux points lumineux, fonctionnant avec des diodes électroluminescentes (DEL), plus connues sous leur abréviation anglaise de LED, ont été ainsi placés sur quatre kilomètres de voiries, dans vingt-sept clos touchant quatre cents logements. Lesquels bénéficient « en permanence d’une lumière de deux lux, soit deux fois l’intensité lumineuse de la pleine lune ».

Cet éclairage est par ailleurs dynamique. Un premier luminaire détecte un usager et adapte aussitôt sa luminosité. Un signal est ensuite envoyé de poteau en poteau. La lumière suit ainsi l’usager et diminue progressivement d’intensité après son passage. Selon Anne Masson, « nous enregistrons également quel type d’usager est passé à quel moment de la nuit afin d’optimiser l’utilisation du système. » Et des améliorations sont annoncées comme des compteurs pour déterminer les endroits de passage ou la vitesse. De quoi adapter un plan de mobilité ou d’alimenter des panneaux d’information de la ville.

Le montant de l’investissement consenti pour cette installation encore unique en Belgique n’a jamais été dévoilé, mais on indique toujours qu’il sera amorti en huit ans.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Essaimage|Belgique|Anne Masson
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La grogne est perceptible dans les écoles primaires et maternelles de Wallonie et de Bruxelles.

    Le blues des directeurs des écoles maternelles et primaires

  2. «
La porte de Mme May est ouverte mais son esprit reste fermé
» a réagi un député travailliste à la chambre de Communes ce lundi.

    Brexit: Theresa May promet l’impossible

  3. ©IGOR PREYS

    Procès Nemmouche: un retour à l’effroi des premières heures qui ont suivi la tuerie

Chroniques
  • Gilets jaunes - médias: la haine face à la complaisance

    L’autre samedi, en tête du cortège de 7.000 gilets jaunes parisiens, une banderole : «  Le peuple veut la chute du régime !  »

    Respecter l’autre implique qu’on écoute et entende ce qu’il dit. Or, ce qui était dit là était explicite. Plus question de taxe carbone ou de CSG, mais la volonté affirmée d’abattre le pouvoir en place sans recourir, pour ce faire, à des élections.

    «  Macron démission !  » et, au-delà, «  renverser le régime !  ». Lequel ? La République ? La démocratie représentative ? La Ve République ?

    Dans tous les cas, on se retrouve là confronté à une intention « putschiste » avouée. Les leaders improvisés et autoproclamés du mouvement ne le dissimulent nullement, même si la plupart des gilets jaunes, ceux des ronds-points en particulier, n’entendent, eux, qu’exprimer un mal...

    Lire la suite

  • Les directions aussi attendent de la considération

    Un pilote… Vingt casquettes… La fonction de directeur est à l’école fondamentale ce que Rémy Bricka fut dans les années 70-80 à la variété française : un homme-orchestre, capable de jouer d’une demi-douzaine d’instruments en même temps. Et d’en maîtriser bien d’autres. La preuve par l’agenda d’une directrice lundi matin : signer un contrat avec une nouvelle enseignante, recevoir un couple de parents dépassés, répondre aux sollicitations de l’Afsca, gérer un dossier...

    Lire la suite