Wavre: l’éclairage intelligent du VillagExpo primé d’un Award

Le patron de la société SmartNodes, Jean Beka, estimait, en avril 2015, l’économie d’énergie à 86 % de la consommation d’alors. L’échevine Anne Masson (LB, MR), en charge de la Régie de l’électricité de Wavre, avoue aujourd’hui qu’elle tablait sur une économie de 70 %. C’est donc fièrement qu’elle annonce que « nous avons atteint 82 %. »

Ce dont on parle, c’est de l’éclairage intelligent (smart en anglais) qui a été posé dans le VillagExpo et qui vient d’être primé par le Belfius Smart City Award pour les cités de plus de 30.000 habitants. La Hulpe était nominée dans la catégorie inférieure pour l’annonce de 50 mesures à prendre pour devenir un smart village, mais n’a pas obtenu le prix.

Pour Wavre, c’est Roger le Bussy, le directeur de la Régie de l’électricité, qui a eu l’idée de profiter de la nécessité de remplacer l’éclairage public dans le VillagExpo, qui fêtait alors ses quarante ans d’existence, pour développer des recherches. Il lui est vite apparu que la technologie SmartNodes, une spin-off de l’université de Liège, allait combler ses attentes.

Deux cent quatre-vingt-deux points lumineux, fonctionnant avec des diodes électroluminescentes (DEL), plus connues sous leur abréviation anglaise de LED, ont été ainsi placés sur quatre kilomètres de voiries, dans vingt-sept clos touchant quatre cents logements. Lesquels bénéficient « en permanence d’une lumière de deux lux, soit deux fois l’intensité lumineuse de la pleine lune ».

Cet éclairage est par ailleurs dynamique. Un premier luminaire détecte un usager et adapte aussitôt sa luminosité. Un signal est ensuite envoyé de poteau en poteau. La lumière suit ainsi l’usager et diminue progressivement d’intensité après son passage. Selon Anne Masson, « nous enregistrons également quel type d’usager est passé à quel moment de la nuit afin d’optimiser l’utilisation du système. » Et des améliorations sont annoncées comme des compteurs pour déterminer les endroits de passage ou la vitesse. De quoi adapter un plan de mobilité ou d’alimenter des panneaux d’information de la ville.

Le montant de l’investissement consenti pour cette installation encore unique en Belgique n’a jamais été dévoilé, mais on indique toujours qu’il sera amorti en huit ans.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. HOCKEY EUROHOCKEY FINAL BELGIUM VS SPAIN

    Maîtrise et sang-froid: les Red Lions sacrés champions d’Europe (vidéos)

  2. FRANCE G7 SUMMIT

    G7: Biarritz en état de siège, la ville où on apprend à attendre…

  3. d-20190816-3VKH9V 2019-08-16 15:15:52

    L’Unesco met en garde contre le «Sauvage» de la Ducasse d’Ath et appelle au «respect mutuel entre communautés»

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • L’Amazonie en feu: Sa forêt? Nos poumons!

    Alors, #prayforamazonas. #prier pour l’Amazonie. C’est en apparence tout ce qu’il nous reste à faire. Car entre la bêtise du président (élu) d’un des plus grands pays de la planète (Jair Bolsonaro) et l’incapacité répétée des grands dirigeants du monde de faire bloc, il n’y a plus guère de place que pour l’incantation.

    Un ciel jaunâtre éclipse São Paulo, une eau de pluie noire déferle sur la ville brésilienne, et nous croisons les doigts. 74.000 feux ont été comptabilisés depuis janvier au Brésil,...

    Lire la suite