Wavre: l’éclairage intelligent du VillagExpo primé d’un Award

Le patron de la société SmartNodes, Jean Beka, estimait, en avril 2015, l’économie d’énergie à 86 % de la consommation d’alors. L’échevine Anne Masson (LB, MR), en charge de la Régie de l’électricité de Wavre, avoue aujourd’hui qu’elle tablait sur une économie de 70 %. C’est donc fièrement qu’elle annonce que « nous avons atteint 82 %. »

Ce dont on parle, c’est de l’éclairage intelligent (smart en anglais) qui a été posé dans le VillagExpo et qui vient d’être primé par le Belfius Smart City Award pour les cités de plus de 30.000 habitants. La Hulpe était nominée dans la catégorie inférieure pour l’annonce de 50 mesures à prendre pour devenir un smart village, mais n’a pas obtenu le prix.

Pour Wavre, c’est Roger le Bussy, le directeur de la Régie de l’électricité, qui a eu l’idée de profiter de la nécessité de remplacer l’éclairage public dans le VillagExpo, qui fêtait alors ses quarante ans d’existence, pour développer des recherches. Il lui est vite apparu que la technologie SmartNodes, une spin-off de l’université de Liège, allait combler ses attentes.

Deux cent quatre-vingt-deux points lumineux, fonctionnant avec des diodes électroluminescentes (DEL), plus connues sous leur abréviation anglaise de LED, ont été ainsi placés sur quatre kilomètres de voiries, dans vingt-sept clos touchant quatre cents logements. Lesquels bénéficient « en permanence d’une lumière de deux lux, soit deux fois l’intensité lumineuse de la pleine lune ».

Cet éclairage est par ailleurs dynamique. Un premier luminaire détecte un usager et adapte aussitôt sa luminosité. Un signal est ensuite envoyé de poteau en poteau. La lumière suit ainsi l’usager et diminue progressivement d’intensité après son passage. Selon Anne Masson, « nous enregistrons également quel type d’usager est passé à quel moment de la nuit afin d’optimiser l’utilisation du système. » Et des améliorations sont annoncées comme des compteurs pour déterminer les endroits de passage ou la vitesse. De quoi adapter un plan de mobilité ou d’alimenter des panneaux d’information de la ville.

Le montant de l’investissement consenti pour cette installation encore unique en Belgique n’a jamais été dévoilé, mais on indique toujours qu’il sera amorti en huit ans.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. IN_SS_2405migraine (2)

    Tous les maux de tête sont-ils des migraines?

  2. Dick Rodgers, 71 ans, milite en faveur de l’Europe, en terres pro-Brexit.

    Royaume-Uni: les élections européennes au Royaume-Uni fleurent bon la désillusion des citoyens

  3. Brad Pitt, Quentin Tarantino, Margot Robbie et Leonardo DiCaprio ont rendu fous les festivaliers, journalistes, photographes, cinéphiles.

    Brad Pitt à Cannes: «En août 1969, Hollywood a perdu son innocence»

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite