Trump logera chez l’ambassadeur américain lors de sa visite en Belgique

© EPA
© EPA

Pas de chance pour les affaires de The Hotel, le prestigieux hôtel (ex-Hilton) du haut de la ville, à Bruxelles. Contrairement aux deux nuits passées par Barack Obama en mars et en juin 2014 dans les suites surplombant la capitale de ce prestigieux établissement, son successeur Donald Trump dormira, la semaine prochaine, dans la résidence de l’ambassadeur des Etats-Unis en Belgique, a-t-on appris ce jeudi de sources concordantes. Le prédécesseur de Barack Obama, George W. Bush, avait également séjourné à la résidence.

Les détails de son premier voyage se précisent

Donald Trump doit s’envoler ce vendredi pour une première étape en Arabie Saoudite, pour enchaîner par Israël, Rome et puis Bruxelles. Le président est en effet attendu dans la capitale belge pour une réunion des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Otan, précisément dans une semaine, le 25 mai.

L’Air Force One du président est attendu la veille déjà, mercredi 24, vers 16 heures, sur le tarmac de l’aéroport militaire de Melsbroeck, à côté de l’aéroport national. Il débarquera en Belgique, avec la First Lady Melania Trump, dans la foulée de son audience chez le pape François, au Vatican. A Bruxelles, mercredi, Donald Trump sera reçu par le roi Philippe et le Premier ministre Charles Michel. Il passera donc la nuit dans la résidence de l’ambassadeur, près du parc de Bruxelles.

Une résidence qui n’est toujours pas occupée par le nouveau représentant personnel du président : l’ambassadeur des Etats-Unis auprès de la Belgique doit encore être désigné, tout comme les deux autres diplomates américains en poste en Belgique, auprès de l’Union européenne et de l’Otan. Entre-temps, c’est le chargé d’affaires ad interim Matthew Lussenhop qui dirige la mission diplomatique « bilatérale ». L’ambassadeur est en effet toujours secondé par du personnel du Département d’Etat et d’autres administrations à Washington. Les émissaires de Barack Obama en Belgique, dont l’ambassadrice auprès de la Belgique Denise Bauer, avaient été priés par le nouveau président de quitter leur poste au plus tard le jour de son investiture.

Jeudi, Donald Trump aura également un entretien avec les présidents des institutions européennes Jean-Claude Juncker (Commission) et une autre Donald – Tusk (Conseil européen). Il devrait également déjeuner avec un autre « nouveau » : le tout frais émoulu président français Emmanuel Macron. Donald Trump et son armada quitteront la Belgique dès la fin de la réunion à l’Otan, le jeudi soir, pour se rendre au G7 des 26 et 27 mai organisé à Taormina, en Sicile.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. Il y a trois grands émetteurs de titres-repas sur le marché belge 
: Sodexo, Edenred et Monizze.

    Le nombre de bénéficiaires de chèques-repas en hausse de 20% en cinq ans

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • «L’accord du siècle» au Proche-Orient: Trump au chevet de Netanyahou

    Donald Trump a enfin rendu public ce 28 janvier son « deal of the century » (accord du siècle) censé mettre fin au conflit israélo-palestinien. Les fuites n’avaient pas manqué et elles insinuaient que le beau-fils du président US, Jared Kushner, chargé de concocter ce plan, avait pris le parti de favoriser jusqu’à la caricature les options chères au Premier ministre israélien sortant, Binyamin Netanyahou. Question d’affinités. La divulgation des clauses du plan confirme ce pressentiment.

    ...

    Lire la suite