Trump logera chez l’ambassadeur américain lors de sa visite en Belgique

© EPA
© EPA

Pas de chance pour les affaires de The Hotel, le prestigieux hôtel (ex-Hilton) du haut de la ville, à Bruxelles. Contrairement aux deux nuits passées par Barack Obama en mars et en juin 2014 dans les suites surplombant la capitale de ce prestigieux établissement, son successeur Donald Trump dormira, la semaine prochaine, dans la résidence de l’ambassadeur des Etats-Unis en Belgique, a-t-on appris ce jeudi de sources concordantes. Le prédécesseur de Barack Obama, George W. Bush, avait également séjourné à la résidence.

Les détails de son premier voyage se précisent

Donald Trump doit s’envoler ce vendredi pour une première étape en Arabie Saoudite, pour enchaîner par Israël, Rome et puis Bruxelles. Le président est en effet attendu dans la capitale belge pour une réunion des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Otan, précisément dans une semaine, le 25 mai.

L’Air Force One du président est attendu la veille déjà, mercredi 24, vers 16 heures, sur le tarmac de l’aéroport militaire de Melsbroeck, à côté de l’aéroport national. Il débarquera en Belgique, avec la First Lady Melania Trump, dans la foulée de son audience chez le pape François, au Vatican. A Bruxelles, mercredi, Donald Trump sera reçu par le roi Philippe et le Premier ministre Charles Michel. Il passera donc la nuit dans la résidence de l’ambassadeur, près du parc de Bruxelles.

Une résidence qui n’est toujours pas occupée par le nouveau représentant personnel du président : l’ambassadeur des Etats-Unis auprès de la Belgique doit encore être désigné, tout comme les deux autres diplomates américains en poste en Belgique, auprès de l’Union européenne et de l’Otan. Entre-temps, c’est le chargé d’affaires ad interim Matthew Lussenhop qui dirige la mission diplomatique « bilatérale ». L’ambassadeur est en effet toujours secondé par du personnel du Département d’Etat et d’autres administrations à Washington. Les émissaires de Barack Obama en Belgique, dont l’ambassadrice auprès de la Belgique Denise Bauer, avaient été priés par le nouveau président de quitter leur poste au plus tard le jour de son investiture.

Jeudi, Donald Trump aura également un entretien avec les présidents des institutions européennes Jean-Claude Juncker (Commission) et une autre Donald – Tusk (Conseil européen). Il devrait également déjeuner avec un autre « nouveau » : le tout frais émoulu président français Emmanuel Macron. Donald Trump et son armada quitteront la Belgique dès la fin de la réunion à l’Otan, le jeudi soir, pour se rendre au G7 des 26 et 27 mai organisé à Taormina, en Sicile.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©DOMINIQUE DUCHESNES

    Philippe Moureaux, sa lutte finale

  2. 10754956-005

    Coupe du monde de hockey: la copie parfaite des Red Lions

  3. ALL

    Elections anticipées: retour à la ligne claire pour la N-VA

Chroniques
  • Chroniques et chroniqueurs: à quoi servent-ils?

    Il est d’usage, en fin d’année, de faire des bilans et d’émettre des vœux. Voilà trois ans que je tiens cette chronique, laquelle est la 153e publiée sur le site du Soir ; l’occasion, pour une fois, de me conformer à l’usage…

    Pour être précis, j’ai commencé les chroniques dans les pages du Soir en 2002. Je peux déjà faire une double constatation : les sujets qui agitent l’actualité aujourd’hui étaient présents à l’époque (montée des extrêmes droites, du nationalisme, du repli identitaire, du populisme ; terrorisme islamiste et d’extrême droite ; défi climatique ; délitement de la démocratie représentative ; financiarisation outrancière du monde et soumission du politique à la finance) ; leur acuité n’a fait que se renforcer, parce que les réponses qui y ont été apportées ont été insuffisantes, inefficaces, voire absentes.

    Il n’y a, je pense, pas grand intérêt à publier des volumes de chroniques, car celles-ci sont le plus souvent ancrées dans une actualité singulière, quand bien même, à la différence d’un...

    Lire la suite

  • La Belgique, j’voudrais bien mais j’peux point

    Le confédéralisme ? La N-VA n’a pas besoin de le revendiquer, il pourrait lui arriver tout cuit. Cela relèverait d’ailleurs du crime parfait car ce ne sont pas les empreintes des nationalistes qu’on trouvera sur le couteau à trancher de l’Etat belge. Bart De Wever n’aura qu’à se baisser pour ramasser les morceaux d’une Belgique en puzzle que les membres, notamment du MR, sont quasiment acculés à constater ingouvernable. Et alors, en route vers le chacun chez soi ?

    La Belgique fait du...

    Lire la suite