130km/h sur autoroutes? Pour Ecolo, le gouvernement fédéral est incohérent

© Bruno Dalimonte / Le Soir.
© Bruno Dalimonte / Le Soir.

Selon Ecolo, le souhait exprimé jeudi matin par le ministre de la Mobilité François Bellot (MR) de pouvoir rendre possible l’installation de tronçons d’autoroute à 130 km/h dans des zones fluides et non-accidentogènes, est incohérent.

L’étude présentée jeudi par l’Institut Belge pour la Sécurité Routière (IBSR) sur la pertinence des limitations de vitesse «  pointe des enjeux de fluidification du trafic, de réduction de la pollution atmosphérique et de sécurisation des axes routiers. Et M. Bellot y répond par une augmentation de la vitesse à 130km/h sur les autoroutes. Ce faisant, M. Bellot roule droit, et à pleine vitesse, dans le mur  ! », s’exclame le co-président d’Ecolo Patrick Dupriez, cité dans un communiqué.

Une décision inconsciente

Selon les verts francophones, la modération de la vitesse, en particulier aux heures de pointe et dans les zones congestionnées et/ou accidentogènes, produirait de nombreux effets positifs par rapport à la situation actuelle : diminution des temps de parcours jusqu’à 25 % grâce à la hausse de la vitesse moyenne des véhicules, baisse du nombre d’accidents de 3 % et de tués de 6 %, réduction des émissions de particules fines de 7 %. «  Il est dès lors tout-à-fait étonnant (voire inconscient) que le ministre Bellot utilise ce rapport de l’IBSR pour suggérer une augmentation de la vitesse. Cette augmentation serait inutile et risquée », relève Ecolo.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous