Accueil Monde

Prison Break à Kinshasa

Profitant d’un 17 mai férié au Congo, des assaillants liés à une secte politico-religieuse ont attaqué la principale prison de Kinshasa, Makala. Plus de 4.600 détenus ont pris le large. Certains redoutent une tentative de déstabilisation

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 3 min

Cela ressemble à un mauvais film, à un remake de « prison break » : alors que le 17 mai était jour de congé et que cette année le Congo célébrait le 20e anniversaire de la chute du président Mobutu et de la prise de pouvoir de Laurent Désiré Kabila et ses alliés, des hommes armés ont pris d’assaut la prison de Makala à l’aube.

Pompeusement appelé Centre pénitentiaire de Kinshasa, l’établissement qui abritait 1.300 détenus du temps de la colonisation comptait aujourd’hui plus de 8.000 pensionnaires, des détenus de droit commun, des « shege » (enfants des rues), mais aussi des prisonniers politiques détenteurs de nombreux secrets de la République. Dans cette prison, les détenus « s’autogèrent » en fonction de leurs moyens financiers et de leur rang social.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs