Trump affirme n’avoir jamais demandé au patron du FBI de classer une enquête

© Reuters
© Reuters

Le président américain Donald Trump a démenti jeudi avoir demandé au directeur du FBI à l’époque, James Comey, de mettre fin à une enquête sur l’ancien conseiller à la sécurité nationale, Michael Flynn, soupçonné de contacts avec la Russie.

Lorsqu’il a été interrogé sur le sujet et prié de fournir des détails sur sa position, Donald Trump à répondu «Non, autre question», aux journalistes couvrant la conférence de presse du président américain avec son homologue colombien Juan Manuel Santos.

« Une chasse aux sorcières »

Le président, pris dans la tourmente de diverses révélations récemment, a en outre estimé que la nomination d’un procureur spécial dans l’enquête sur l’ingérence russe dans l’élection présidentielle, annoncée la veille, «divisait le pays».

«Je respecte l’initiative, mais toute cette histoire est une chasse aux sorcières et il n’y a aucune collusion à coup sûr entre ma campagne et moi-même - mais je peux toujours parler pour moi - et les Russes, zéro», a-t-il affirmé lors d’une conférence de presse commune avec le président colombien Juan Manuel Santos à la Maison Blanche. «Je pense que cela divise le pays», a-t-il poursuivi.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le carnaval d’Alost suscite à nouveau la polémique.

    Carnaval d’Alost: le gouvernement israélien entre dans la polémique

  2. «
Le racisme est un poison, la haine est un poison. Et ce poison existe dans notre société
», a déploré la chancelière Angela Merkel, jeudi matin à Berlin.

    Double fusillade en Allemagne: un terrorisme qui vise la guerre civile

  3. Air connu
: «
La norme sociale est défaillante en Belgique. Les conducteurs ont trop tendance à se vanter de rouler vite. L’image de la vitesse au volant est trop positive
».

    Le Belge est toujours addict à la vitesse

La chronique
  • Le vert est dans le fruit

    Le pangolin, une race menacée d’extinction par la chasse que lui livrent frénétiquement les amateurs de ses étranges écailles, a trouvé la parade : le coronavirus. Brave petit mammifère qui serait à l’origine de l’épidémie.

    De son côté, la tomate elle aussi en a marre que les humains la mettent à toutes les sauces. En réaction, elle a développé elle aussi un virus, le BRFV, qui décolore les fruits, les déforme et les couvre de marbrure. Ce germe ne serait pas transmissible à l’homme. Mais qui aurait envie de croquer dans une tomate qui a l’aspect d’un zombie ?

    Dans les forêts, les scolytes (espèces de coléoptères) sont à leur tour devenus fous. Eux qui ne s’attaquaient qu’au bois mort s’en prennent désormais aux arbres vivants – notamment aux épicéas wallons – réaction, paraît-il, au réchauffement climatique.

    La nature devient folle, voilà enfin une explication scientifique au mal qui a atteint aussi les démocraties et les...

    Lire la suite

  • Parce que le racisme tue…

    A ceux qui se demanderaient pourquoi développer des plans de lutte contre le racisme, pourquoi réguler les propos haineux, pourquoi s’indigner, condamner et aussi poursuivre ceux qui stigmatisent l’autre, le traitent comme un inférieur, à ceux qui s’étonnent qu’on ne trouve pas drôles les saluts nazis ou les caricatures antisémites fussent-ils servis en plat de résistance dans un restaurant ou sur un char dans un cortège, l’Allemagne apporte, hélas à nouveau,...

    Lire la suite