Accueil Sciences et santé

La fertilité masculine est en berne

La fertilité masculine est-elle en chute libre ? De nombreuses études le suspectent depuis longtemps.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

«  Dans les années 90, des études menées sur une période de 20 ans auprès de donneurs de sperme, donc auprès d’hommes jeunes et en forme, ont montré une diminution de la qualité du sperme. C’est-à-dire une décroissance de la concentration en spermatozoïdes, de leur mobilité et de la proportion de formes morphologiquement normales  », explique le Pr Anne Deblaere, cheffe de clinique de fertilité à Erasme. Mais, depuis lors, il manque d’études épidémiologiques de grande ampleur.

Lorsque l’on se penche sur le recours à la fécondation in-vitro (FIV) en Belgique, l’infertilité masculine est en cause dans la moitié des cas. «  Un tiers des FIV est dû exclusivement à un problème d’anomalie du sperme. A cela s’ajoute des soucis de fertilité mixtes, donc rencontrés à la fois par la femme et par l’homme, ils représentent 20 % des cas  », poursuit le Pr Deblaere.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Sciences et santé

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs