Trump est en Arabie saoudite pour son premier voyage à l’étranger (vidéo)

Le président américain Donald Trump est arrivé samedi en milieu de matinée en Arabie saoudite, première étape de son premier déplacement à l’étranger.

L’avion Air Force One a atterri peu avant 10h (9h en Belgique) à l’aéroport International King Khaled à Ryad où le tapis rouge a été déroulé.

Le roi Salmane a accueilli Donald Trump à sa descente d’avion, lui serrant la main, ainsi qu’à son épouse, Melania.

Le souverain saoudien de 81 ans, qui tenait une canne, a ensuite accompagné le couple présidentiel au salon d’honneur de l’aéroport où il a pris place entre M. Trump et son épouse.

Voir la vidéo sur mobile

© AFP
© AFP

© Reuters
© Reuters

© Reuters
© Reuters

La fille aînée du président, Ivanka, et son époux, Jared Kushner, qui font partie de la délégation américaine, sont descendus par une porte située à l’arrière de l’avion avant de traverser le tarmac en se tenant la main, une scène qui s’est répétée à leur arrivée à l’hôtel où doit loger la délégation américaine.

Souriants, le roi Salmane et Donald Trump ont échangé quelques mots au salon d’honneur de l’aéroport, avant de monter à bord d’une limousine blindée.

© AFP
© AFP

Le cortège officiel est ensuite parti en direction d’un grand hôtel de la capitale pavoisée de drapeaux saoudiens et américains. Les rues, quasiment désertes, étaient également ornées de photos montrant le souverain saoudien et le président américain avec un slogan «  Ensemble, nous triomphons ».

Sean Spicer, le porte-parole de la Maison blanche, ainsi que Gary Cohn, conseiller économique, et Dina Powell, conseillère adjointe à la sécurité nationale, font partie de la délégation.

Un discours très attendu ce dimanche

Dimanche, toujours à Ryad, le président américain prononcera devant une cinquantaine de dirigeants de pays musulmans un discours soulignant ses « espoirs » pour une «  vision pacifique » de l’islam. Ce sommet a été «  béni » par l’imam de La Mecque.

Après Ryad, Donald Trump, en difficulté dans son pays, doit se rendre en Israël, dans les Territoires palestiniens, au Vatican, à Bruxelles et en Sicile pour les sommets de l’Otan et du G7.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20170315-3DKLLK 2019-12-05 20:14:59

    Nethys: la tutelle juge les indemnités illégales mais ne peut pas tout annuler

  2. RTR1SY1T

    «J’ai pris la fuite lors de la nuit de noces mais ma mère m’a ramenée à mon mari»

  3. GagnantsPerdants

    Joachim Coens, l’Ommegang et Paris: les gagnants et les perdants de la semaine

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Les «confédéralistes» ont leur modèle. Et les autres?

    Il y a quelques années, lorsque la N-VA sortait son séparatisme ou sa version cosmétique, le confédéralisme, la réplique fusait : « Et vous allez faire quoi de la dette ? Et vous allez faire quoi de Bruxelles ? » Avec zéro réponse, ce qui rassurait les opposants : les nationalistes avaient montré leurs dents, mais n’avaient pas de quoi mordre.

    Mais voilà, à la N-VA, on ne laisse aucun terrain stratégique en jachère. Dans ce parti, on sait que pour convaincre, il faut...

    Lire la suite