Accueil Culture Musiques

Le génie français à l’œuvre au Reine Elisabeth

Les douze finalistes du concours Reine Élisabeth ont été dévoilés dans la nuit de samedi à dimanche. Avec quatre candidats, la France arrive en tête du peloton. Après une semaine de préparation, ils s’affronteront dès lundi 29 mai à Bozar.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

La France était à la fête ce jeudi soir au Studio 4. Au terme de deux semaines de sélection, les 12 finalistes de ce premier Concours Reine Élisabeth de Violoncelle ont été dévoilés. Parmi eux, quatre sont issus de l’hexagone : Victor Julien-Laferrière, Yan Levionnois, Aurélien Pascal et Bruno Philippe. Anciens élèves de Clemens Hagen, Julien-Laferrière et Philippe se distinguent grâce à un panache et une expressivité extrême.

Ayant étudié au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, Ivan Karizna est également un digne descendant de cette école française. Orfèvre du son, le candidat biélorusse poursuit sur une belle lancée depuis la première épreuve. Avec aisance et amplitude, il survole un programme d’une exigence sans faille. Alliant entrain, délicatesse et malice, son Haydn réjouit le public et l’orchestre. Souplesse de la ligne et maîtrise quasiment infinitésimale du détail chez Bach, il est imaginatif chez Prokofiev et voltige chez Popper.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs