Malta Files: Brigitte Ernst (ex-Ecolo) est actionnaire d’une société maltaise

Brigitte Ernst, ancienne mandataire d’Ecolo et des Verts européens, est actionnaire d’une société maltaise.
Brigitte Ernst, ancienne mandataire d’Ecolo et des Verts européens, est actionnaire d’une société maltaise. - Philippe Luc

En avril 2013, alors que 36 journaux, dont Le Soir, dévoilent les offshore leaks en ouvrant les registres et parfois les livres de comptes de 120.000 sociétés établies dans des paradis fiscaux – dont 714 à Malte –, le parti Ecolo réclame du gouvernement belge des mesures fortes : « A l’heure où les Belges se serrent la ceinture à cause des politiques d’austérité, ces nouvelles révélations doivent pousser le gouvernement fédéral à aller chercher l’argent là où il est, à savoir dans les revenus des capitaux et non dans la poche des citoyens. ».

Un coup de colère et une revendication que, semble-t-il, n’a pas entendus Brigitte Ernst de la Graete, alors conseillère communale à Liège : moins de neuf mois plus tard, en décembre 2013, est enregistrée à Malte la société Laroca Limited, dont elle est actionnaire au même titre que certains de ses proches et qu’une société de droit luxembourgeois. L’investissement familial a des ramifications dans d’autres paradis fiscaux (Panama, Îles Vierges).

Conseillère communale jusqu’en 2014

Brigitte Ernst sait pourtant mieux que d’autres que cette île de la Méditerranée est régulièrement pointée du doigt pour sa fiscalité accommodante, notamment par les Verts au Parlement européen : militante de la première heure du parti Ecolo, Brigitte Ernst fut la première échevine de ce parti en Belgique (1983-1988), députée européenne pour les Verts de 1989 à 1994, secrétaire fédérale d’Ecolo de 1999 à 2002, conseillère communale jusqu’en septembre 2014. Sollicitée par Le Soir, elle n’a pas désiré commenter ses investissements maltais.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. INDIA FIELD HOCKEY WORLD CUP 2018

    Coupe du monde de hockey: un titre tellement beau et mérité pour les Red Lions

  2. marche contre Marrakech

    «Rats de gauches», «notre peuple d’abord»: des extrémistes flamands dérapent dans le quartier européen

  3. Le président de la COP24, le secrétaire d’Etat polonais Michal Kurtika, n’a pas caché sa joie à l’issue de la conférence. © AFP.

    Climat: la COP24 a fait le job technique, mais elle passe à côté des ambitions

Chroniques
  • Chroniques et chroniqueurs: à quoi servent-ils?

    Il est d’usage, en fin d’année, de faire des bilans et d’émettre des vœux. Voilà trois ans que je tiens cette chronique, laquelle est la 153e publiée sur le site du Soir ; l’occasion, pour une fois, de me conformer à l’usage…

    Pour être précis, j’ai commencé les chroniques dans les pages du Soir en 2002. Je peux déjà faire une double constatation : les sujets qui agitent l’actualité aujourd’hui étaient présents à l’époque (montée des extrêmes droites, du nationalisme, du repli identitaire, du populisme ; terrorisme islamiste et d’extrême droite ; défi climatique ; délitement de la démocratie représentative ; financiarisation outrancière du monde et soumission du politique à la finance) ; leur acuité n’a fait que se renforcer, parce que les réponses qui y ont été apportées ont été insuffisantes, inefficaces, voire absentes.

    Il n’y a, je pense, pas grand intérêt à publier des volumes de chroniques, car celles-ci sont le plus souvent ancrées dans une actualité singulière, quand bien même, à la différence d’un...

    Lire la suite

  • La Belgique, j’voudrais bien mais j’peux point

    Le confédéralisme ? La N-VA n’a pas besoin de le revendiquer, il pourrait lui arriver tout cuit. Cela relèverait d’ailleurs du crime parfait car ce ne sont pas les empreintes des nationalistes qu’on trouvera sur le couteau à trancher de l’Etat belge. Bart De Wever n’aura qu’à se baisser pour ramasser les morceaux d’une Belgique en puzzle que les membres, notamment du MR, sont quasiment acculés à constater ingouvernable. Et alors, en route vers le chacun chez soi ?

    La Belgique fait du...

    Lire la suite