Trump et l’Otan perturberont le trafic aérien belge ces mercredi et jeudi

© Sylvain Piraux / Le Soir
© Sylvain Piraux / Le Soir

L’heure d’arrivée de Pothus, nom de code du président des États-Unis, à bord de l’Air Force 1, nom de code de l’avion dans lequel il se déplace, n’est toujours pas officiellement connue pour la journée de mercredi. Ça fait sans doute partie de la fine stratégie sécuritaire. A priori, la bulle de « no fly zone » qui l’accompagne dans ses déplacements devrait être limitée à quelques minutes et ne pas créer de réelles perturbations dans le ciel au-dessus de Bruxelles.

Les perturbations viendront d’autre part. D’un défilé aérien prévu pour survoler le nouveau siège de l’Otan, jeudi, à l’occasion de l’assemblée générale. Là, c’est une « no fly zone » de 40 minutes qui va être décrétée au-dessus de la capitale mais aussi au-dessus des axes Bruxelles-Saint-Trond et Bruxelles-Namur au-dessus desquels les avions militaires vont se mettre en formation. Comme ils survolent la capitale à très basse altitude (800 pieds, environ 250m), ils seront très visibles (c’est bien le but). Ces limitations devraient être imposées entre 17h et 19h, avec de réelles répercussions au sol ou en vol. des retards d’une demi-heure pour certains vols, non encore précisés, sont possibles. Belgocontrol assure faire le maximum pour limiter les dégâts des limitations…

Double perturbation, en fait, puisqu’une répétition générale en taille réelle est prévue la veille, mercredi, avec les mêmes restrictions de vol, aux mêmes horaires. Ce qui touche les heures de pointe de soirée à l’aéroport national, en ce mercredi veille de week-end prolongé pour certaines personnes, donc de départs plus nombreux.

Enfin, les défilés militaires et leurs préparations auront, potentiellement, aussi des répercussions sur l’aéroport de Charleroi, proche des mises en place des avions militaires avant et après le défilé.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous