Accueil Économie

Victoire judiciaire pour Infrabel: droit de grève oui, d’occuper les voies non!

Infrabel gagne, en Justice, contre la CGSP sur les droits ferroviaires des grévistes.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 2 min

S i le droit d’actions collectives et le droit de grève sont des droits fondamentaux, il n’en demeure pas moins que ces droits ne sont pas des droits absolus.  » L’ordonnance de la chambre des référés du tribunal de première instance de Bruxelles a donné raison à Infrabel, l’entreprise publique en charge du réseau ferré. Face à l’annonce de la couverture des arrêts de travail déposée officiellement par le syndicat des cheminots, celle-ci avait fait valoir l’interdiction de bloquer les voies à cause du danger encouru mais aussi l’interdiction de bloquer le « traffic control » et les cabines de signalisations, organes essentiels à la circulation des trains. Puisque dans le cas d’une grève tournante, observée par un seul syndicat sur trois ou quatre, un certain nombre/nombre certain (selon les organisateurs du mouvement social ou la direction de l’opérateur SNCB) de trains continuent à rouler, avec des clients à bord.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs