Bientôt formés en quatre ans, les futurs enseignants seront mieux payés

© D.R.
© D.R.

Réuni ce mercredi, le gouvernement PS-CDH de la Communauté française s’est (enfin) accordé sur la réforme de la formation initiale des enseignants. À partir de la rentrée 2019, les profs aujourd’hui formés en 3 ans (maternelles, instituteurs et profs du secondaire inférieur) le seront en 4 ans.

Après de longues discussions, l’exécutif s’est accordé sur le principe de créer un nouveau barème (le 401) intermédiaire entre le 301 (bénéficiant aux profs formés en 3 ans) et le 501 (bénéficiant aux profs formés en 5 ans). Ses modalités exactes seront fixées avec les syndicats. En vitesse de croisière, ce barème nouveau générera un surcoût (d’environ 300 millions dit-on), jugé « soutenable » par l’Inspection des finances.

Partenariat entre les Hautes écoles et universités

Un point opposait CDH et PS : celui des partenariats à nouer entre les Hautes écoles et universités, qui devront codiplômer les futurs enseignants (ceux-ci feront 3 ans en Haute école et 1 an à l’université). Le CDH souhaitait la liberté absolue d’association. Le PS préférait des collaborations à nouer au sein des bassins scolaires. Le point n’est pas tranché. Jean-Claude Marcourt (PS), le ministre de l’Enseignement supérieur, a été chargé de négocier l’affaire avec les acteurs de terrain.

D’ores et déjà, Jean-Claude Marcourt salue l’accord intervenu ce mercredi matin, soldant plusieurs années de travail (la réflexion sur la formation initiale a démarré en 2011). « C’est une réforme décisive. Le Pacte d’excellence n’est pas envisageable sans une meilleure formation des enseignants ».

Le gouvernement s’est aussi accordé sur le renfort en maternelle et l’aide aux directeurs du fondamental. Prévues dans le Pacte d’excellence, ces deux mesures commenceront à entrer en vigueur à la rentrée 2017.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous