Première rencontre entre Charles Michel et Emmanuel Macron (vidéos)

© AFP
© AFP

Emmanuel Macron et Charles Michel sont arrivés jeudi vers 11h30 au Palais d’Egmont, à Bruxelles, pour une rencontre d’une dizaine de minutes dans le cadre du mini-sommet de l’Otan, qui se tiendra fin d’après-midi. Tous deux ont tenu à saluer la « relation historique » qui unit les deux pays et à réaffirmer leur attachement au projet européen, l’un des points clés du programme du président français.

Voir la vidéo sur mobile

Charles Michel a souligné les liens particulièrement solides entre la France et la Belgique. « Je me réjouis d’avoir l’occasion d’approfondir ces relations dans les années qui viennent ».

Voir la vidéo sur mobile

Défis communs

Le Premier ministre et Emmanuel Macron ont abordé lors d’une courte allocution avant leur entretien les « défis communs » qui attendent les deux pays mais aussi l’Europe, tels que les questions migratoires, la menace terroriste et la relance économique.

Voir la vidéo sur mobile

« La refondation de l’Union européenne sera la responsabilité de notre génération », a ajouté Emmanuel Macron. Charles Michel et lui n’ont en effet que quelques années d’écart, le premier étant âgé de 41 ans et le second de 39 ans.

Les deux hommes se sont chaleureusement remerciés, Charles Michel souhaitant également « bonne chance » au président de la République pour sa nouvelle « immense responsabilité ».

Emmanuel Macron a quitté le Palais d’Egmont à 12h15 pour se rendre à une rencontre avec le président turc Erdogan.

© Reuters
© Reuters

Invalid Scald ID.

Voir le direct sur mobile

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Avec 44,6
% des voix, Georges-Louis Bouchez devance nettement Denis Ducarme, 25,1
%. Mais un duel les attend désormais.

    Présidence du MR: Bouchez a convaincu le sommet, pas assez la base

  2. j-accuse.20191101014130 (1)

    Jean Dujardin au «Soir»: «C’est très français, la xénophobie»

  3. Origi et Praet jouent peu avec les Diables rouges. Ils pourraient profiter des deux matchs à venir pour accumuler un peu de temps de jeu.

    Plusieurs Diables rouges lancent leur sprint final pour l’Euro

La chronique
  • La radicalité ordinaire, on commence à s’y habituer au lieu de s’en étonner

    Dans mes dernières chroniques, j’ai évoqué à plusieurs reprises une montée en puissance des revendications citoyennes dans le champ politique. Elle se traduit notamment par des bras de fer avec le pouvoir, par des tentatives de faire plier les autorités, de les contraindre à abandonner un projet ou une décision ou, à l’inverse, de les forcer à légiférer dans un sens précis, à exécuter un ordre venu de la rue ou d’un collectif de citoyens.

    Les stratégies utilisées pour atteindre de tels objectifs sont multiples, et plus ou moins légales selon les cas ; les sujets concernés sont infiniment variés ; les citoyens impliqués, enfin, s’organisent de différentes manières, plus ou moins structurées, plus ou moins dépendantes des réseaux sociaux. Mais ce qui frappe, surtout dans un pays habitué à voir la société civile s’exprimer, c’est la radicalité accrue de nombreuses revendications, la jeunesse, souvent, de celles et ceux qui les portent, et la détermination avec laquelle les citoyens tentent d’obtenir gain...

    Lire la suite

  • Augmenter le salaire minimum, en se montrant visionnaire

    Travailler, juste pour survivre. C’est ce que dénoncent les défenseurs d’une hausse du salaire minimum. Et à la lecture des portraits que nous publions ce matin, on peut difficilement leur donner tort. Les salariés dont la rémunération se situe au niveau du plancher interprofessionnel, ainsi que tous ceux dont le revenu mensuel s’en approche, vivent une existence où le début du mois est un répit et où les maigres marges précieusement épargnées servent à prévenir le prochain coup dur, la prochaine grosse facture. C’est un salaire de la peur...

    Lire la suite