Accueil

20 km de Bruxelles: trois conseils pour rester hydraté pendant la course

Une fois le « start » donné, il faut continuer à s’hydrater, mais pas n’importe comment !

Temps de lecture: 2 min

Les 20 kilomètres de Bruxelles se dérouleront cette année avec une température frôlant les 30 degrés. Il est donc primordial de rester prudent et de bien s’hydrater avant, mais aussi pendant la course.

1.

Un peu d’eau tous les kilomètres

Dans les deux heures qui précèdent la course, buvez 500 ml. Ensuite, continuez de boire sur tout le parcours. Pour que le corps assimile mieux, il vaut mieux boire tous les kilomètres un petit peu que d’avaler une bouteille tous les 5 km. Par heure, il faut boire un strict minimum de 500 ml à, idéalement, 750 ml et ce en petites gorgées toutes les 10 minutes.

Ne pas boire de l’eau trop froide non plus, qui peut occasionner une gêne pour l’estomac. Si l’on ajoute un produit énergétique, il faut le diluer plus que d’habitude pour avoir une version hypotonique. Dans les six heures qui suivent la course, buvez 150 % de la perte de votre poids. Par exemple, si vous avez perdu 1 kg, buvez 1.5 litres.

2.

Prévenir le coup de chaleur

Pour éviter l’hyperthermie, une surchauffe de l’organisme, évitez l’alcool, le café et toutes les boissons tonifiantes. Évitez absolument la prise de substances stimulantes comme le cannabis, le LSD, la cocaïne et les amphétamines. Elles risquent de masquer les signaux envoyés par le corps. Pour faciliter l’évaporation de la transpiration, portez une tenue adaptée ; vêtements aérés, amples, respirants.

Cherchez à courir le plus possible à l’ombre. Si vous en ressentez le besoin, faites une pause de quelques minutes à l’ombre. Ne forcez surtout pas à la fin du parcours, car le boulevard du Souverain à Auderghem et l’avenue de Tervueren, qui termine la course, sont totalement exposées au soleil. Mieux vaut arriver sur ses deux jambes dix minutes après son temps de référence que plus vite, mais sur une civière.

Enfin, restez raisonnable. Par temps chaud il est normal d’avoir un moins bon rythme et donc un moins bon chrono. Il convient d’adapter son objectif et d’accepter de ne pas atteindre son temps de référence. Il vaut mieux renoncer à temps et ainsi rebondir rapidement sur une autre épreuve plutôt que de s’épuiser complètement et être ‘out’ pendant trois mois.

3.

Ne surtout pas forcer

Écoutez votre corps. Si vous ressentez une douleur dans la poitrine ou les bras, vous êtes anormalement essoufflé ou épuisé, vous avez une sensation de tête vide ou une vision floue, votre comportement est inhabituel (rire, pleurs, énervements anormaux, vous avez des nausées ou des vomissements, de la diarrhée), arrêtez-vous et demandez de l’aide.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une