Accueil

Athlétisme: l’idée de l’octathlon est morte

L’Association européenne souhaite toutefois moderniser les épreuves combinées.

Temps de lecture: 3 min

En décembre dernier, un vent de panique avait frappé la confrérie européenne des décathloniens et heptathloniennes. Soucieuse de redynamiser et de moderniser les épreuves combinées, l’Association européenne d’athlétisme (AEA) avait envisagé la transformation de leur épreuve en un octathlon (8 épreuves), avec suppression de la perche et du disque chez les hommes et refonte complète du programme de courses chez les femmes.

De passage à Götzis, en Autriche, considérée comme la Mecque du décathlon et de l’heptathlon et où se tiendra ce week-end l’Hypomeeting, Svein Arne Hansen, le président de l’AEA, a rassuré les athlètes en annonçant que « l’octathlon (était) mort pour l’instant ». Des discussions avec des spécialistes de la discipline l’ont, semble-t-il, incité à faire machine arrière.

« Cela ne m’empêche pas de penser que l’on doit impérativement améliorer la communication dans ces épreuves, a ajouté le Norvégien. Il est impensable que le spectateur ne connaisse pas dans l’instant qui est le vainqueur à l’issue du 1.500 m ou du 800 m final à l’heure des puces électroniques et qu’il faille attendre avant de voir apparaître le classement final au tableau marquoir. De même, il faut raccourcir le programme dans certains concours comme la perche (NDLR : uniquement chez les hommes) qui durent bien trop longtemps et qui lassent le public. Si nous n’évoluons pas, nous allons disparaître. J’ai été élu sur un manifeste intitulé « Leading change » (Mener le changement) ; je veux que celui-ci soit effectif dès l’été prochain, à l’Euro de Berlin. »

Qui peut faire peur à Nafissatou Thiam

L’idée de faire courir le 1.500 m et le 800 m final selon la formule « Gundersen » appliquée en ski de fond où les coureurs partiraient à tour de rôle avec un écart plus ou moins grand en fonction des points récoltés jusque-là, ce qui ferait en sorte que le gagnant de la course serait le gagnant du décathlon/heptathlon, devrait aussi être écartée. Cette méthode favoriserait trop les bons coureurs et feraient des leaders de véritables « cibles » pour leurs poursuivants.

« Pour moi qui suis nulle (sic) sur 800 m, ce serait beaucoup moins avantageux, indique Nafissatou Thiam. Je crois aussi que ce serait beaucoup plus stressant pour les athlètes. Dans l’ensemble, je ne suis d’ailleurs pas favorable aux changements. Ce ne seraient plus les mêmes épreuves. Il faut sans doute trouver des solutions pour mieux communiquer, mieux informer les gens mais le décathlon et l’heptathlon ont leur histoire. En athlétisme, le plus important, c’est l’athlète, c’est la base de notre sport. La télé, c’est bien, mais s’il n’y a plus d’athlètes, il n’y aura plus rien à y montrer. »

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une