Accueil Économie

200 ans après Cockerill, comment faire revivre le patrimoine sidérurgique ?

En 1817, John Cockerill s’installe à Seraing. 200 ans plus tard, où sont l’idéalisme et l’élan des pionniers du XIXe  ?

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 1 min

Il y a 200 ans, John Cockerill s’établit à Seraing pour fabriquer des machines textiles avant de se développer tous azimuts  : houillères, fours à coke, hauts-fourneaux, mines de fer, machines vapeur. Dans le bassin liégeois, mais aussi en Prusse, en Pologne, en France, en Espagne et aux Pays-Bas.

Aujourd’hui, son nom perdure au sein de l’entreprise CMI qui emploie 4.700 personnes dans le monde dont 800 à Liège.

--> La clé de l’actu : l’héritage de Cockerill

--> Entretien avec Caroline Lamarche

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs