Accueil Société

Traiter le populisme à la racine? Un pari loin d’être gagné

À suivre Emmanuel Macron, il ne suffit plus de diaboliser les populismes, mais de traiter leurs causes à la racine. Les mots sont là mais les actes se font attendre en France comme en Belgique, estiment les experts que nous avons consultés.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Forum Temps de lecture: 6 min

Ne pas se contenter de l’anathème, de la diabolisation mais s’attaquer aux racines du populisme. C’est la voie qu’aurait montrée Emmanuel Macron à l’occasion de son discours de la Place du Carrousel, le 7 mai dernier. Le président français fraîchement élu s’est alors exclamé : « Et je veux enfin avoir un mot pour ceux qui ont voté aujourd’hui pour Madame Le Pen. Ne les sifflez pas, ils ont exprimé aujourd’hui une colère, un désarroi, parfois des convictions. Je les respecte. Mais je ferai tout, durant les cinq années qui viennent, pour qu’ils n’aient aucune raison de voter pour les extrêmes ». Emmanuel Macron a ensuite ébauché plusieurs solutions : « construire les nouvelles protections de ce monde qui nous entoure », « donner une place à chacun », « assurer la sécurité de tous »…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs