Accueil

Virginal: le personnel d’IdemPapers préserve l’outil

Le monde politique se mobilise pour aider les travailleurs dans une probable reconversion

Journaliste de la cellule wallonne Temps de lecture: 2 min

Le fait a été souligné vendredi midi par le monde politique venu discuter avec la direction d’IdemPapers et les délégations syndicales. Le ministre André Flahaut (PS) qui n’en est pas à gérer sa première grande faillite, a tenu à féliciter le personnel de cette société spécialisée dans le papier à haute valeur ajoutée, comme les produits autocopiants et couchés une face, de vouloir préserver leur outil de travail : « C’est la meilleure manière de songer au futur. »

Pendant que la délégation du monde politique – outre le ministre, le bourgmestre Ferdinand Jolly (CDH), le président du PS du BW, le premier échevin Christian Fayt (Ittre+, PS), la présidente du CPAS Françoise Peeterbroeck (Ittre+) et le président du PS BW et député wallon Dimitri Legasse – était dans les lieux, le personnel attendait devant l’entrée et pestait contre la mauvaise gestion de l’ancienne direction. Pour rester poli dans les termes.

« On espérait vraiment qu’un repreneur puisse se manifester, regrettait Aldo Vecchio, délégué CSC et travailleur depuis dix-sept ans. On a un bon outil, les carnets de commandes sont pleins. Et le personnel, fort de 380 personnes, est de bonne volonté puisqu’on a accepté de perdre notre treizième mois et de voir notre salaire raboté de 10 %. Après cela, on vient dire que la masse salariale reste trop importante… »

Une semaine cruciale

Le ministre André Flahaut estime, lui, que la nouvelle direction est volontaire. La Région wallonne lui a même accordé au début de l’année trois millions d’euros pour sauver l’entreprise : « On pense que ce n’est pas lundi que le tribunal de commerce déclarera la faillite, mais quelques jours après, le temps de trouver les fonds pour payer les préavis au personnel. L’objectif sera alors de déterminer les points forts de l’entreprise, voir les secteurs où l’on pourrait relancer l’entreprise et s’assurer de la reconversion du reste. Aujourd’hui, ce n’est plus un mot tabou. »

Et le bourgmestre Ferdinand Jolly d’abonder : « Cela fait des années que Virginal accueille du personnel hautement qualifié. Il faut étudier la manière de ne pas perdre cette expertise. Le monde politique est derrière les travailleurs. Lundi, au Collège, nous mettrons le point à l’ordre du conseil du lendemain. »

Le premier échevin Christian Fayt a ainsi déjà déposé une motion pour demander l’assistance de la Région, propriétaire des terrains : « Ce site ne manque pas d’atouts avec la proximité du canal et la présence d’une unité de cogénération. »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une