121 «returnees» étaient présents en Belgique en avril, dont 44 en prison

© Reuters
© Reuters

Les autorités fédérales dénombraient 121 personnes de retour d’une zone de combat en Syrie au mois d’avril, ressort-il des chiffres fournis par le ministre de l’Intérieur, Jan Jambon, en réponse à une question écrite de la députée Monica De Coninck (sp.a). Parmi eux, 44 étaient en prison en Belgique et 5 dans une prison étrangère. Dix sont décédées.

La plupart de ces «  returnees » se trouvent dans l’arrondissement judiciaire de Bruxelles Capitale : 63, pour 16 dans l’arrondissement d’Anvers, 6 dans celui de Hal-Vilvorde, 4 dans celui de Courtrai, 3 respectivement dans ceux de Charleroi, Mons, Turnhout et Louvain, 2 respectivement dans ceux de Gand, Liège, Namur et Termonde, 1 respectivement dans ceux de Dinant, Eupen, Marche-en-Famenne et Nivelles.

Ces 18 derniers mois, le flux de départs de combattants depuis l’Europe pour la Syrie ou l’Irak a baissé de quelque 90 %. Ces personnes sont suivies de près par les services de sécurité et les task forces constituées à l’échelon local, a assuré le ministre. La nature de ce suivi varie en fonction de la menace qu’elles constituent.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Elaborer des vaccins et des traitements prend du temps. Dans l’urgence, les chercheurs testent des molécules efficaces contre d’autres virus.

    Comment un laboratoire belge traque le coronavirus

  2. En 2020, la liste des travaux en attente flirte avec les 113
millions d’euros alors qu’il y a moins de 20
millions à distribuer.

    Ecoles: quatre classes sur dix risquent la fermeture dans les 5 à 10 ans

  3. © Photo News.

    Au Parlement, la coalition Vivaldi se démarque pour voter les lois

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite