Accueil Société Enseignement

Le pilier laïc attaque la fusion UCL/Saint-Louis

Les recteurs de l’ULB, de l’ULG et de l’Umons s’associent pour contrer la fusion entre l’UCL et Saint-Louis. La rhétorique bruxelloise fait désormais place à un argumentaire législatif. Dans le camp d’en face on pense avoir la Constitution pour soi.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 2 min

«  U ne identité forte et partagée »… C’était, en septembre dernier, la contre-proposition de l’Université libre de Bruxelles à l’Université Saint-Louis qui venait d’annoncer ses fiançailles avec l’UCL. Craignant « une fragmentation du pôle universitaire bruxellois », l’ULB offrait à la « petite » université Saint-Louis un « adossement sans fusion » plutôt qu’une « absorption par l’UCL » fondée sur une « stratégie d’expansion suivie de longue date ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs