Le soleil brille à nouveau sur les appartements au littoral

A li’nstar de l’ensemble de la côte, les biens situés sur la digue se portent à merveille... à condition de débourser beaucoup d’argent. © Mathieu Golinvaux.
A li’nstar de l’ensemble de la côte, les biens situés sur la digue se portent à merveille... à condition de débourser beaucoup d’argent. © Mathieu Golinvaux.

Ce week-end prolongé de l’Ascension, la Côte a affiché complet, soleil et chaleur obligent. Certains auront profité du bien qu’ils possèdent sur le littoral, d’autres n’auront pas hésité à pousser la porte des agences immobilières du coin pour se renseigner sur un investissement à réaliser.

Communiqués par les notaires en mars dernier, les chiffres de l’immobilier à la côte (ceux de 2016) sont bons, pour ne pas écrire excellents. En un an, le nombre de transactions a fait un bond de 18,9 %. Le prix moyen d’un appartement dans une commune côtière a augmenté de 2,8 %, mais celui d’une maison d’habitation (hors villa, maison de rapport et maison de maître) a baissé de 5,6 %. Clairement, ce type de biens n’est plus tellement recherché, au contraire des appartements (surtout les trois chambres) qui cartonnent. Quant au prix moyen d’un appartement sur la digue, il a lui aussi grimpé (+ 6,2 %).

C’est surtout à Middelkerke, Nieuport et La Panne que les notaires ont enregistré la plus forte croissance du nombre de transactions, avec des augmentations de plus de 30 %. Mais si l’on observe les parts de marché, le top 3 était formé par Ostende (21 % des transactions), Knokke (18 %) et Coxyde/Oostduinkerke (13 %).

Ne cherchez pas trop loin pour comprendre ce succès : l’achat d’une seconde résidence à la mer constitue pour beaucoup un investissement sûr : non seulement on peut en profiter soi-même, mais on peut également le louer et se faire des rentrées financières non négligeables. « Il s’agit surtout d’appartements, explique à ce sujet Bart Van Opstal, notaire à Ostende. Les maisons ne sont plus aussi populaires… »

C’est sans doute le plus gros point noir lorsqu’il s’agit d’évoquer la mer du Nord : les propriétaires des maisons, dont la plupart sont anciennes et ne répondent plus aux standards énergétiques en vigueur, n’arrivent pas à les vendre. Et certainement pas au prix qu’ils demandent…

Pour les appartements, le prix moyen d’un bien à la côte est supérieur de 28,1 % (272.108 euros) à celui d’un bien équivalent en Belgique. Pour un appartement en front de mer, il faudra débourser encore davantage : 344.519 euros, prix moyen, soit 6,2 % plus cher qu’en 2015.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Charles Michel croyait qu’il pourrait vaincre la tradition. Celle qui veut que le premier sommet rate.

    Charles Michel rate son pari: il faudra encore un sommet pour le budget européen

  2. Les caricatures antisémites de l’année dernière seront-elles de retour dimanche dans les rues d’Alost
? Il semble que oui
!

    Le carnaval d’Alost pourrait donner lieu à de nouveaux dérapages: comment en est-on arrivé là?

  3. PHOTO NEWS

    Désormais, Mehdi Carcela est décisif d’une autre manière au Standard

La chronique
  • Un smartphone {pliable} ou {pliant}?

    Voici quelques jours, votre quotidien favori a répercuté une annonce qui n’avait rien de téléphoné, semble-t-il : une célèbre entreprise sud-coréenne va commercialiser en Belgique son deuxième smartphone pliable. Un smartphone pliable  ? Moue dédaigneuse dans les chaumières branchées High-Tech, qui se transforme toutefois en jubilation quelques lignes plus loin : cette fois, il est question d’un smartphone pliant. Un smartphone pliant ? Au risque d’encourir les ricanements condescendants de certains geeks, ce billet va tenter d’explorer les plis et replis de ces téléphones que l’on dit intelligents.

    Ils plient tous…

    Cette chronique vous a proposé, il y a quelques semaines, une analyse des suffixes -ant et -...

    Lire la suite