Accueil Culture Musiques

Concours Reine Elisabeth finales (vendredi): Bruno Philippe, panache et tête d’ange

Le Français a livré un Concerto nº2 de Dvorak plein de passion et d’un raffinement exquis. Un grand moment de musique, où le concours devient encore un peu plus concert.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 3 min

Cheveux bouclés, petite boucle d’oreille : dans le style et dans le jeu, Bruno Philippe a quelque chose de calme et de décontracté. À 23 ans, ce violoncelliste originaire de Perpignan fait partie de la fine fleur de la jeune génération française. Formé à Paris avec Jérôme Pernoo puis avec Clemens Hagen à Salzbourg, il poursuit aujourd’hui ses études auprès de Frans Helmerson à la Kronberg Academy, tout comme Aurélien Pascal et Ivan Karizna.

À côté de concerts avec l’Orchestre National du Capitole de Toulouse, à la Kammersaal de la Philharmonie de Berlin, à la Cité de la Musique et à la Salle Pleyel de Paris, il s’est notamment distingué au concours André Navarra et au concours ARD de Munich.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs