Accueil Culture Musiques

Reine Elisabeth: Hans van der Zanden, le héros secret des finales

Corniste au Brussels Philharmonic, il s’est démarqué dans les concertos de Dvorak et Chostakovitch.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Toutes les guerres ont leur soldat inconnu. Au concours de violoncelle, le héros secret se trouve au fond de l’orchestre : c’est le cor solo, amené à se produire plusieurs fois à découvert tant dans le concerto de Dvorak que, surtout, dans celui de Chostakovitch. Au Brussels Philharmonic, c’est Hans van der Zanden qui remplit cette tâche avec un calme olympien. Rencontre autour de mots-clés avec ce géant débonnaire.

S’adapter.« Le solo que je joue n’est jamais le même et il y a beaucoup ! Dans Chostakovitch, les ambiances sont aussi parfois très différentes, nostalgique, ironique ou grandiose. Et ces nuances changent avec chaque candidat. En fait, le public ne le sait pas assez, mais l’essentiel se passe au moment même de l’exécution. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs