Accueil Monde

Militairement en déroute, Daesh survit dans le terrorisme

Les « home grown terrorists », les terroristes de l’intérieur, n’ont pas fait l’aller-retour jusqu’en Syrie, ils n’en ont pas les marques de danger et sont donc plus difficiles à repérer.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Les attentats de ces dernières semaines confirment un constat désormais admis : le recul de l’Etat islamique sur le terrain militaire, à Raqqa (Syrie) ou à Mossoul (Irak) ne signifie pas l’assèchement du terrorisme. « Dans un premier temps, le phénomène des départs et des retours vers la Syrie a monopolisé l’attention, indique Michaël Dantinne, professeur de criminologie à l’ULg. Nous devons prendre conscience de la largeur et de la profondeur du bassin de résonance de l’idéologie de Daesh auprès de certains. Ce phénomène ne va pas trouver de solution avec la fin militaire de Daesh ». Pour Michel Liégeois, expert en terrorisme à l’UCL, « on sera peut-être quitte de Daesh en tant qu’organisation militaire, avec son projet de créer un califat aux confins du Proche-Orient, mais on n’en sera pas quitte en tant qu’organisation terroriste.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs