Comment la réalité virtuelle révolutionnera l’entreprise

La réalité virtuelle, ce n’est pas qu’un casque pour jouer aux jeux vidéo ou visiter un endroit de la planète depuis son salon. C’est un marché de millions d’utilisateurs qui pourrait peser plus de 20 milliards de dollars d’ici 2020.

Si la réalité virtuelle et la réalité augmentée sont connues du grand public, c’est principalement par leurs casques immersifs pour les jeux vidéo. En termes de business, diverses entreprises se sont déjà lancées comme IKEA qui propose la mise en situation d’objets et de meubles au domicile ou les peintures Levis et sa Visualizer App.

 

Un secteur qui profite pleinement de la réalité virtuelle, c’est l’immobilier. Plus besoin d’amener un client potentiel dans des dizaines d’habitations pour faire le tour du propriétaire. La réalité virtuelle permet de visualiser une maison, en construction ou pas. à l’avenir, le touriste pourra visiter son hôtel avant de le réserver. Mais les réalités virtuelle et augmentée ne se limitent pas au B2C et pourraient avoir de nombreux impacts en B2B dans un futur proche.

 

Un recrutement plus immersif

La réalité virtuelle peut ainsi impacter la procédure de sélection et de recrutement. “De l’entretien du candidat à la signature du contrat”, explique Olivier Ranocha, développeur de solutions de réalité virtuelle et augmentée. “La réalité virtuelle est un outil formidable dans la manière de recruter soit parce qu’on veut donner la meilleure image de l’entreprise et donner aux postulants l’envie de signer, soit dans un cadre de testing. On pourra créer une situation donnée et voir comment le candidat s’en sort.”

 

Des formations adaptées et en situation

Et même quand le candidat est devenu employé, la réalité virtuelle pourra avoir un impact. “Que ce soit dans le cadre de formations ou de tests, il y a un véritable enjeu pour une formation innovante et du serious gaming, poursuit Olivier Ranocha. Des possibilités de former son personnel dans un cadre ludique, immersif et dans des salles de réunion totalement relookés et adaptées. Une immersion et une plongée dans une situation réelle mais sans conséquences sur la vie et le fonctionnement de l’entreprise. Et quand on s’amuse, on n’a pas l’impression d’apprendre, on assimile plus facilement.”

 

Conceptualiser et présenter son produit

Le concept et le design d’un produit pourront également être favorisés. Nike l’a déjà bien compris avec l’utilisation de lunettes de réalité augmentée pour visualiser un design de chaussures mais aussi son comportement d’utilisation. Pour une start-up, les opportunités de présenter un produit au stade de projet pour convaincre des investisseurs sont légion. “L’avantage de rendre quelque chose d’abstrait en concret. On peut montrer un résultat et le faire vivre. Et plus la technologie avancera et plus l’expérience immersive sera importante.” À condition de prendre le train en marche. “Les spécialistes voient 2016 comme l’an 1 de la réalité virtuelle. Les entreprises qui ne l’incluent pas dans leur parcours client à court et moyen terme risquent de le payer cher dans les années à venir”, conclut Olivier Ranocha.

La Une Le fil info Partager