Comey va confirmer que Trump lui a demandé d’abandonner l’enquête sur Flynn

James Comey, ancien directeur du FBI, a confirmé dans une déclaration écrite au Congrès, publiée mercredi, que Donald Trump lui a demandé d’abandonner l’enquête sur Michael Flynn, son ancien conseiller mêlé à l’affaire de l’ingérence russe dans l’élection.

Cette déclaration écrite de sept pages a été publiée par la commission du Renseignement du Sénat. L’ancien chef du FBI témoignera lors d’une audition publique jeudi matin. Il y confirme également qu’il a consigné dans des notes le contenu de ses conversations avec le président américain, comme l’avaient rapporté plusieurs médias.

Toute investigation sur Flynn doit être « abandonnée »

Racontant une rencontre du 14 février dans le Bureau ovale, M. Comey écrit que M. Trump lui a parlé de l’enquête sur Michael Flynn, son ex-conseiller à la sécurité nationale, et déclaré : « J’espère que vous pourrez trouver une façon d’abandonner cela, de lâcher Flynn. C’est un homme bien », estimant que Michael Flynn n’avait rien fait de mal en parlant aux Russes.

Selon M. Comey, cette requête concernait toute investigation relative aux « fausses déclarations de M. Flynn concernant ses conversations avec l’ambassadeur russe en décembre », et non l’enquête plus large sur l’éventuelle collusion entre la Russie et la campagne du républicain. « C’était toutefois très inquiétant, étant donné le rôle du FBI comme service d’investigations indépendant », écrit M. Comey.

De la « loyauté »

Il raconte aussi en détail un dîner à la Maison Blanche du 27 janvier, lors duquel Donald Trump lui aurait dit : « J’ai besoin de loyauté, je m’attends à de la loyauté ». « Je n’ai pas bougé, parlé ou changé l’expression de mon visage », écrit l’ancien grand policier, décrivant « un silence gênant ».

Et quand le président, en fin de repas, l’a relancé sur la question de la loyauté, M. Comey a répondu qu’il « aurait toujours de l’honnêteté de sa part », acceptant ensuite la demande de M. Trump d’une « loyauté honnête ».

« Je n’ai rien à voir avec la Russie »

Lors d’une conversation téléphonique le 30 mars, Donald Trump s’est plaint auprès de Comey, comparant l’enquête sur l’ingérence russe à un « nuage » qui l’empêchait de faire son travail. « Il a dit qu’il n’avait rien à voir avec la Russie, qu’il n’avait pas eu de relations avec des prostituées en Russie qu’il avait toujours supposé qu’il faisait l’objet d’écoutes lorsqu’il était en Russie ». Trump a ensuite demandé ce qu’il était possible de faire pour « enlever ce nuage ».

La dernière fois que James Comey a parlé au président américain, c’était le 11 avril. Donald Trump a appelé l’ancien patron du FBI pour lui demander s’il pouvait « faire savoir » qu’il ne faisait pas l’objet d’une enquête du FBI. Il a été limogé le 9 mai dernier.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur les bateaux munis d’une grue pour remonter les cordes, ce sont environ deux tonnes de moules par heure qui sont pêchées à partir de la fin du mois de mai.

    C’est déjà la saison des moules

  2. Binche, Estinnes et Morlanwelz rejoignent la toute nouvelle circonscription de Soignies-La Louvière.

    Elections 2019: les curieux comptes électoraux du SPF Intérieur

  3. La campagne du Belang vise principalement les jeunes.

    Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Petits partis: entrer en politique pour la changer, au risque que celle-ci vous change

    La démocratie est le pire des systèmes, à l’exception de tous les autres ». La citation de Winston Churchill est largement partagée au sein des listes citoyennes. Notre parlementarisme est devenu une particratie, sous le contrôle de coupoles présidentielles qui, souvent, décident au nom d’intérêts partisans ou de logique à court terme.

    Le désir de changement est profond, tant le système actuel semble en crise. Et c’est ce pas que franchit un nombre croissant de citoyens, décidés à « entrer...

    Lire la suite