Accueil Belgique Politique

Avec Philippe Close, Bruxelles ne dort jamais

Le successeur d’Yvan Mayeur est connu : c’est l’actuel échevin du Tourisme. Portrait.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 6 min

C’est une revanche, indéniablement. Alors qu’en 2013, Philippe Close a vu le poste de bourgmestre lui passer sous le nez au profit d’un certain Yvan Mayeur, l’actuel échevin des Finances s’apprête aujourd’hui à s’installer sur le siège mayoral. Il passe ainsi devant Karine Lalieux et Faouzia Hariche, deux échevines ayant obtenu plus de voix que lui en 2012 – lui a obtenu 1.998 voix.

Ce Liégeois d’origine est loin d’être une nouvelle tête dans le paysage politique. « C’est quelqu’un de travailleur et d’expérimenté, il a les pieds dans le terrain » , entame Vincent De Wolf, chef de groupe MR à la Région, qui le connaît depuis longtemps.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Remi Baeyens, samedi 10 juin 2017, 12:57

    J'habite Bruxelles ville depuis 1960. Je constate que Mr Close va résoudre tous nos problèmes qui sont importants. Il charrie avec lui toute une série de projets qui ont été décidés sans que ceux-ci aient été présentés lors des élections ou simplement évoqués sans qu'ils soient explicités. Nous voyons aujourd'hui que ce sont des mégaprojets, les conséquences sont désastreuses, nous voyons les petits commerces disparaître, les quartiers se disloquent: c'est ce que nous voyons au Heysel, où j'habite. A t'on demandé notre avis ? non! Nous sommes obérés d'impôts, nous payons le double de la taxe sur le revenu cadastral de nos voisins en face de la rue qui se trouve sur la frontière avec la région flamande. C'est cela que la gestion socialiste nous impose. Pour quels résultats: plus d'impôts. Il faudrait aussi revoir le législation sur les ASBL, le 'charitybusiness' fonctionne très bien car elles sont toutes à but lucratif en jouant sur l'esprit d'entraide du citoyen. Notre ex 'majeur' a parfaitement compris cela. Il restera à Vivaqua empochant des émoluments sur le dos du citoyen. Qu'en sera t'il du projet Neos, je m'attends à des péripéties similaires. r

  • Posté par Guillaume Christine, samedi 10 juin 2017, 9:56

    Je trouve désastreux que ce soit cet homme qui succède à Yvan Mayeur....il ne s'agira certainement pas de nouvelle gouvernance politique sachant les méthodes utilisées dans le dossier des grandes salles...quant au nombre de ses mandats, je me demande vraiment comment on peut prétendre faire son boulot correctement et dans le même temps participer à la gestion d'autant de structures......ce n'est en tout cas pas lui qui va changer l'image de plus en plus déplorable des mandataires politiques.....dommage...encore une occasion manquée

  • Posté par Blavier Bernard, vendredi 9 juin 2017, 18:47

    L'islamisme est dans la place

  • Posté par Lambert Guy, vendredi 9 juin 2017, 18:36

    21 mandats dont 3 rémunérés? Par les temps qui courent, en sommes-nous aussi certains? N'y a-t-il pas un mandat "privé" bien rémunéré, peu transparent, sans réunion programmée, en double emploi, sans ordre du jour et sans PV?

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs