Lucien D’Onofrio nommé directeur technique de l’Antwerp

Edition numérique des abonnés

Lucien D’Onofrio a été nommé vice-président et manager sportif de l’Antwerp, de retour en Jupiler Pro League après 13 ans d’absence, a annoncé le club anversois mardi lors d’une conférence de presse. Un nouvel entraîneur pourrait être présenté dans les prochains jours. Wim De Decker reste lui au RAFC et a signé un contrat de trois ans en tant qu’adjoint (T2).

Alors que l’on s’attendait à ce qu’un entraîneur soit annoncé à la tête du matricule N.1, c’est l’arrivée du Liégeois Lucien D’Onofrio qu’a annoncé le club néo-promu. « Nous n’avons pas beaucoup communiqué ces derniers temps mais nous avons énormément travaillé », a déclaré Paul Gheysens, CEO de Ghelamco, investisseur du club anversois. « Avec l’arrivée de M. D’Onofio, nous avons quelqu’un qui possède une grande expérience et un impact sportif international », s’est réjoui Paul Gheysens.

Lucien D’Onofrio a ensuite pris la parole, annonçant la prolongation de contrat de trois ans de Wim De Decker en tant qu’entraîneur adjoint. « Il a fait monter le club, il connaît la maison. Il est important de le garder pour l’image du club. »

Le Liégeois de 62 ans a expliqué les raisons pour lesquelles il s’était engagé avec l’Antwerp. « J’ai toujours dis que je reviendrai peut-être dans le football belge si les conditions étaient réunies. Quand on m’a contacté, j’ai directement été séduit par le projet et le club. »

Quant au prochain T1, D’Onofrio a assuré que le club travaillait encore sur ce dossier et pourrait, d’ici 2 à 3 jours, présenter le prochain coach du ’Great Old’. « On peut faire de l’Antwerp un club de premier plan mais il va falloir être patient car une équipe ne s’achète pas, elle se construit », a conclu D’Onofrio, ancien homme fort du Standard de Liège.

Patrick Decuyper, directeur général, sera lui en charge de tout l’aspect commercial du Great Old et du développement de l’académie des jeunes « Antwerp Diamonds ».

L’Antwerp ouvrira la saison 2017/2018 en Jupiler Pro League le vendredi 28 juillet (20h30) contre le Sporting d’Anderlecht, le champion en titre.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Charles Michel s’attendait depuis plusieurs jours au départ des ministres N-VA du gouvernement. Sa riposte était prête et il avait déjà préparé.

    Crise politique: les trois scènes qui ont mené à la rupture

  2. Le président de la N-VA a utilisé une formule qui est à la fois extrêmement efficace et qui n’est pas suffisamment outrancière pour qu’on puisse s’en offusquer.

    «Coalition Marrakech», les mots n’ont pas été choisis par hasard

  3. Charles Michel et la N-VA. Kroll paru le 14 octobre 2014

    Le gouvernement bascule: quatre ans de suédoise vus par Kroll

Chroniques
  • Mémoire aux poubelles, mémoire des poubelles

    Dans son documentaire Un héritage empoisonné, (voir aussi) Isabelle Masson-Loodts (entre autres membre du collectif Huma) établit un parallèle effrayant entre, d’une part, la « gestion » des obus et autres vestiges de la Première Guerre et, d’autre part, la gestion des déchets nucléaires menée par l’ANDRA (l’Agence nationale française des déchets radioactifs, NDLR). En cent ans, le constat n’est pas tant que l’on n’a rien appris ; c’est surtout que les mêmes erreurs sont commises, au nom de la même ignorance, du même cynisme et du même mépris des populations locales.

    La région de la Meuse, dans le nord de la France, permet à la réalisatrice de conforter ce parallèle ; elle a connu les dévastations de la Grande Guerre, les affres du nettoyage des déchets toxiques de cette guerre (obus souvent chargés de produits chimiques, cadavres…), et aujourd’hui, les projets d’enfouissement à plus de 500 mètres sous terre des déchets...

    Lire la suite

  • La souveraineté, cette dangereuse obsession

    S i la question se posait aujourd’hui, la Belgique ne signerait pas la Déclaration universelle des droits de l’homme. » Françoise Tulkens, ex-juge à la Cour européenne des droits de l’homme, est catégorique et en veut pour preuve les dissensions gigantesques qui entourent la signature du pacte migratoire. L’ex-juge souligne l’hostilité actuelle aux textes supranationaux, bien éloignée de l’enthousiasme d’il y a vingt ans.

    ...

    Lire la suite