Le CA de Publifin est au chômage technique

© Belga
© Belga

Nouvel imbroglio au sein de l’intercommunale Publifin. Son conseil d’administration (CA) est désormais en chômage technique après une décision de la tutelle wallonne. Tout démarre à l’assemblée générale du 30 mars 2017. Il y était prévu d’éjecter les 28 anciens administrateurs de Publifin pour les remplacer par 11 nouvelles têtes. Une opération qui a coûté sa place à Bruno Berrendorf, l’administrateur représentant le Parti populaire. Mais le PP estime qu’il a droit à un mandat chez Publifin, car le parti possède à la fois un élu au sein d’une commune associée et un député wallon. Et voilà que la tutelle (le ministre wallon des Pouvoirs locaux Pierre-Yves Dermagne) vient de valider la « thèse PP ». Bruno Berrendorf peut donc réintégrer le CA de Publifin.

Fin de l’histoire ? Non. Car il y a désormais 6 représentants des communes au conseil d’administration, et 6 élus de la province de Liège. Or, la province, majoritaire, a droit à la majorité des sièges. Il faut donc ajouter un administrateur provincial. Donc convoquer une assemblée générale. Ce qui ne peut se faire qu’en convoquant les communes un mois à l’avance. Résultat : une assemblée générale se tiendra le 18 juillet prochain. D’ici là, le CA de Publifin se tournera les pouces.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. belgaimage-160500921-full

    Commentaires racistes sur les migrants de La Panne: la lutte contre la cyberhaine est-elle un combat désespéré?

  2. d-20191014-3WMQ55 2019-10-23 22:52:21

    Mithra: François Fornieri dans la tourmente

  3. Après le vote de vendredi passé au Sénat, Zakia Khattabi réfléchit à la suite à donner à sa candidature à la Cour Constitutionnelle. © Belga

    Cour Constitutionnelle: Ecolo assis entre deux chaises

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite