Accueil Monde Union européenne

Malte, juge et partie dans la lutte contre le blanchiment

Plusieurs proches du Premier ministre maltais, Joseph Muscat, sont cités dans les Panama Papers et soupçonnés de blanchiment. Certains y voient les raisons du peu d’entrain de la présidence maltaise à légiférer… contre le blanchiment d’argent.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

Petite île, large attention. Rarement les faits et gestes d’une présidence du Conseil de l’UE (cénacle des pays européens) auront été à ce point disséqués. Et dans le cas du mandat de Malte, qui pilote les travaux européens ce semestre, certaines positions ont de quoi surprendre compte tenu du bagage d’allégations que traîne la classe politique maltaise.

Malte est en effet en charge de forger des compromis entre le Conseil, la Commission et le Parlement européen sur le projet de renforcement de la législation anti-blanchiment d’argent. Ce texte avait initialement été pensé pour tarir les ressources financières des réseaux terroristes, mais la Commission avait bidouillé quelques dispositions de dernière minute pour faire d’une pierre deux coups et répondre par la même occasion au scandale des Panama Papers.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs