Au plaizier de revoir Bruxelles

Il y a bien un tramway nommé désir. A Bruxelles, il y a également un éditeur nommé Plaizier. Et ce n’est pas une plaisanterie. Wijnand (c’est son prénom) Plaizier est même très renommé, parmi les éditeurs et les graphistes, pour la qualité des reproductions d’images de la capitale qu’il édite, sous la forme d’affiches, de calendriers, de livres ou de cartes postales, avec une prédilection pour les illustrations issues des années 1950. Sa réputation est d’ailleurs telle que le Palais des Beaux-Arts lui ouvre ses portes dès ce vendredi, pour une exposition qui occupera ses cimaises tout l’été, à l’occasion des quarante ans de son entreprise. « Nous avions envie de monter une belle exposition pour le coup, et nous nous demandions où l’organiser, raconte Wijnand Plaizier. Nous sommes allés présenter notre dossier à Bozar en nous disant que ça ne marcherait jamais, mais contre toute attente, nous avons immédiatement reçu un accueil très enthousiaste. »

Le chantier de l’Atomium. © Dolf Kruger.
Le chantier de l’Atomium. © Dolf Kruger.

Au menu de l’exposition, quelque 700 images et 65 affiches de lieux pas toujours connus de notre capitale, issues des archives de l’éditeur – quelque 5.000 illustrations – et présentées en une forme de balade qui irait du Sud au Nord de la Région bruxelloise, avec une escapade du côté du plateau du Heysel et de l’Expo universelle qui s’y tint en 1958. Un événement qui marqua manifestement Wijnand Plaizier. Seule échappée hors des limites bruxelloises, une pointe poussée jusqu’à l’aéroport de Zaventem. « C’est quand même l’aéroport de Bruxelles », s’amuse l’éditeur.

Comment est née cette passion pour les photographies de Bruxelles chez ce « Néerlandais d’origine mais vrai Bruxellois », comme se définit Wijnand Plaizier (il est né à La Haye mais a débarqué à Bruxelles il y a 67 ans, à l’âge de deux semaines) ? Issu du monde de l’imprimerie, il eut l’envie en 1977 d’ouvrir sa propre maison d’édition et sa boutique. Celle-ci ouvrit ses portes rue des Eperonniers, à deux pas de la Grand-Place. Elle s’appelle d’ailleurs toujours Plaizier, même si son créateur l’a cédée en 2013 à un autre passionné de Bruxelles, un Français. « Il est resté notre client », se réjouit l’éditeur.

La terrasse du Métropole. © Cas Oorthuys.
La terrasse du Métropole. © Cas Oorthuys.

« Tout est parti de là »

A l’époque, Wijnand Plaizier jugea nécessaire de se spécialiser d’emblée. Et en ces temps où le tourisme n’était pas encore florissant dans notre ville, l’homme eut l’idée de choisir Bruxelles pour thème. « J’avais découvert au Musée de la photographie de Rotterdam la très belle collection de photos de Bruxelles du photographe néerlandais Cas Oorthuis, se souvient l’éditeur. Une très belle exposition lui a encore été consacrée à la Maison du Roi en 2012. Et tout est parti de là… »

Au fil du temps, la collection de l’éditeur s’est donc enrichie : les boîtes d’images se sont empilées dans la salle d’archives qui leur sont consacrées, au point de devenir le centre névralgique des éditions Plaizier. Les Bruxellois (re) découvriront donc avec bonheur le patrimoine en images du passé de leur ville, et pourront même se faire… plaisir en acquérant dans la boutique de Bozar les reproductions des photos exposées, les boîtes à images, les cartes postales, les livres ou les calendriers.

Et au fait, quelle est l’image favorite de Wijnand Plaizier ? « Je pense que la photo de l’héliport de Bruxelles est la plus surprenante, répond-il après une hésitation. Tout le monde a oublié qu’il y avait au cœur de Bruxelles, près du Canal, un héliport d’où l’on pouvait décoller vers Cologne, Paris ou Amsterdam, mais aussi vers le plateau du Heysel et l’Exposition universelle. » Cette image ne sera du reste pas la seule à surprendre le public bruxellois.

L’exposition

Du 16 juin au 10 septembre à Bozar, au Palais des Beaux-Arts.

Du mardi au dimanche, de 10 à 18 heures. Jeudi jusqu’à 21 heures, sauf entre le 21/7 et le 15/8).

Tarifs : 4 ou 6 euros.

Moins de 26 ans et chercheurs d'emploi, 2 euros le mercredi.

Les 40 meilleures cartes postales de la maison d’édition Plaizier ont été rassemblées à l’occasion de l’expo, dans un boîtier luxueux, signale Bozar.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous