La saison marathon d’Ostende se termine en apothéose, comme attendu

La saison marathon d’Ostende se termine en apothéose, comme attendu

En s’imposant dans la quatrième manche de la finale des playoffs face au Brussels ce mercredi soir, Ostende a décroché le 18e titre de champion de son histoire et, malgré un dernier match inattendu, termine la saison en beauté.

L’exercice 2016-2017 ne fut pourtant pas de tout repos pour les Côtiers qui ont eu un programme chargé. Avec 36 matchs de championnat, 9 matchs de playoffs, 6 matchs de coupe de Belgique et 20 matchs de coupe d’Europe, le BCO a disputé 71 rencontres depuis le mois d’octobre. Une véritable saison marathon qui aura été une belle réussite à tous les niveaux.

Sur le plan national, Ostende a une nouvelle dominé la compétition de la tête et des épaules. Les hommes de Dario Gjergja ont terminé la saison régulière à la première place avec un bilan de 30 victoires pour 6 défaites. En playoffs, le club côtier n’a connu qu’une seule fois la défaite, dimanche lors du 3e matche de la finale de ces playoff. Sans cette défaite inattendue. Encore jamais dans l’histoire un club n’est parvenu à s’imposer dans le championnat sans perdre le moindre match lors des playoffs.

En février dernier, les Ostendais avaient remporté la coupe de Belgique face à Limburg United (76-60). La domination des Côtiers sur la scène belge dure depuis 2012 avec six titres de champion consécutifs et cinq coupes de Belgique.

Si les joueurs ostendais ont semblé moins en jambes en fin de saison, on peut trouver la raison dans l’accumulation de matches et une campagne européenne qui aura été éprouvante. Le BCO a disputé 14 matchs en Champions League avant d’être repêché en FIBA Europe Cup. Eliminé par l’Elan Châlon en demi-finale, les Ostendais ne sont pas passés loin d’une finale européenne.

Une des clés de la réussite des Côtiers réside certainement dans la richesse du noyau de Dario Gjergja. Avec un banc qui ferait office de cinq de base dans n’importe quelle autre équipe belge, le coach croate a bénéficié d’un nombre de rotations idéal face à un tel calendrier. Des joueurs comme Jean-Marc Mwema, Corey Walden ou Khalid Boukichou ont été décisifs à des moments où les titulaires manquaient de souffle.

Durant l’été, Ostende risque de perdre Pierre-Antoine Gillet et Jean Salumu, deux pions majeurs du noyau actuel tout comme Rasko Katic qui évoluera à Charleroi pour les deux prochaines saisons. Mais les dirigeants côtiers ont suffisamment d’expérience pour construire un effectif pour aller chercher un sixième doublé coupe-championnat lors de la saison 2017-2018.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les choix très différenciés des électeurs au nord et au sud du pays ne vont pas faciliter les choses.

    Elections 2019: trois constats qui vont compliquer le jeu

  2. 190526Elections

    Elections 2019 : tous les résultats à Bruxelles, en Wallonie et en Flandre (carte interactive)

  3. ELECTIONS EVENING VLAAMS BELANG-GA3DN99OL.1

    Elections 2019: percée du Vlaams Belang, le retour des démons extrémistes

Chroniques
  • Le Pen et Macron peuvent remercier les «gilets jaunes»

    Eh bien voilà, le verdict est tombé. Du grand maelström des « gilets jaunes » n’émerge qu’un seul grand vainqueur, le Rassemblement National flanqué d’un petit vainqueur : le macronisme. Et tout le reste, à l’exception, comme partout, des écologistes, plonge. Jean-Luc Mélenchon, qui se voulait la locomotive de la révolte, est celui qui plonge le plus (il perd 14 points et près des deux tiers de son électorat en deux ans, du presque jamais vu !), alors qu’Emmanuel Macron, miraculeusement, bien que devancé de moins de 1 % ne régresse, en deux ans, que de 1,4 point.

    Le PS réussit l’exploit d’enregistrer un résultat légèrement moindre que celui dont on pensait qu’il était impossible de faire pire.

    Quant à LR (la droite conservatrice), malgré un important soutien médiatique, elle perd 11,5 points par rapport au score de François Fillon qui, déjà, à cause du « poids des affaires » qui l’éclaboussaient, avait été jugé calamiteux. Un désastre ! Elle s’était dotée, cette droite, d’un assez bon chef de file, François-...

    Lire la suite