Accueil Société

Pilule du lendemain: les plannings familiaux ont manifesté à Bruxelles

Cette loi, qualifiée d’obsolète par les organisations de terrain, n’autorise pas le personnel non médical à délivrer ce contraceptif à l’accueil des centres de planning.

Temps de lecture: 2 min

Une centaine de manifestants se sont réunis ce jeudi matin place Surlet de Chokier à Bruxelles pour défendre le droit des femmes à avoir accès à une contraception d’urgence si elles le désirent. Sous le slogan «  la pilule ne passe pas », les quatre fédérations francophones des centres de planning familial ont contesté le refus de la ministre de la Santé, Maggie De Block d’autoriser la délivrance de la pilule du lendemain, par quelqu’un d’autre qu’un médecin ou un pharmacien.

Maggie De Block refuse de changer la loi de 1967 sur la délivrance des médicaments. Cette loi, qualifiée d’obsolète par les organisations de terrain, n’autorise pas le personnel non médical à délivrer ce contraceptif à l’accueil des centres de planning et « limite dès lors l’accès au droit à la contraception des femmes ».

À lire aussi De Block ne cède pas sur la pilule du lendemain

Avec des plaquettes de pilule en guise de boucle d’oreille, les manifestants affichaient les slogans : «  Accès pour toutes à la pilule », «  Notre corps nous appartient », «  Femmes en résistance ». Les représentants des quatre fédérations des plannings familiaux ont ensuite remis une lettre au cabinet De Block afin d’obtenir un principe dérogatoire dans les plannings en dehors de la consultation médicale.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko