Accueil Opinions Éditos

Refaire de la politique: vite mais autrement!

C’est le conseil urgentissime à donner au monde politique belge – et au monde socialiste francophone en particulier –, au risque sinon quasi certain, de dégoûter pour de bon l’électeur des options démocratiques.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

Il y a un peu plus d’un an, dans la foulée des attentats tragiques de Bruxelles, la Belgique était pointée du doigt et exhibée au monde entier par la presse internationale sous le terme de « failed state », un Etat en faillite, qui alignait les échecs et les incapacités de gestion. Aux questions qui se posaient alors sur les services de renseignement, s’ajoutaient les revers vécus dans les tunnels de la capitale, le RER, les incidents à répétition des centrales nucléaires.

On pensait en avoir fini avec ce que certains considéraient comme du bashing, mais voilà que les affaires Publifin, les cumuls du président de la Chambre, le Kazakhgate et surtout « l’outrage » du Samusocial, provoquant la démission du bourgmestre de notre très emblématique capitale – Bruxelles –, relancent le maudit refrain.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Monsieur Alain, vendredi 16 juin 2017, 16:32

    J'ai bien peur que le dégoût se soit déjà installé, pour de bon et pour longtemps. A droite "on" joue au trafic d'influence dans le monde de la haute finance et "on" distribue les infos classifiées à la pègre internationale. A gauche, "on" pique dans les caisses à tous les étages tant qu'on peut. Chacun reste donc bien dans son registre idéologique. J'ai soixante-deux ans dont quarante à défendre et au service de l'Etat de Droit. Je ne me reconnais pas dans ce qui est advenu de la Belgique, de ses dirigeants, de ses valeurs. Si j'avais vingt-deux ans, je ne pourrai qu'être marxiste ou alors, macroniste, certainement pas un électeur lambda. Il n'y a plus de place pour les moutons !

  • Posté par Remi Baeyens, vendredi 16 juin 2017, 13:37

    J'habite Bruxelles ville (Laeken) depuis 1960. Jamais nous aurions cru que Mayeur deviendrait notre bourgmestre. C'était un parfait inconnu avec un nombre de voix dérisoire. Il s'occupait du CPAS. Je l'ai vu à l'oeuvre au moment où quelqu'un de ma famille, gérante d'un magasin centenaire de la rue Blaes, devait déménager à cause de rénovation du bâtiment appartenant au CPAS. Tout se passa bien avec les responsables du CPAS jusqu'au moment où Mayeur est intervenu, la solution proposée par le CPAS est carrément refusée (solution qui ne s'est pas réaalisée). heureusement le magasin réputé a survécu avec difficultés. Grand étonnement, il devient bourgmestre. C'est là que nous avons constaté du jeu politique qui se jouait à Bruxelles. Il n'a jamais été accepté par les bruxellois. Il prétend consulter ses concitoyens, à ce moment j' habitais à la chaussée romaine, il organise une réunion de 'consolation' à la cité modèle sur les aménagements au quartier du Heysel, il arrive avec une heure de retard et énonce ses projets concernant le quartier, nous remercie de notre venue et il part, il n'y a pas eu de discussions. C'est ce qu'il appelle consultation.. Le piétonnier, proposition acceptable est imposé sans réelle discussion. Il veut remplacer la grand-place, lieu de rassemblement des Bruxellois, par la place de la Bourse en bloquant le centre de Bruxelles complètement.Le quartier que nous habitons est devenu un quartier à l'abandon au détriment de la cité modèle, la police y vient rarement, les car-jacking et les vols y sont réguliers. Il n'a jamais été notre bourgmestre mais un parvenu qui s'enrichit sur le dos des bruxellois qui payent des taxes énormes sans contre-partie. Voilà ce que nous ressentons sur la période de gestion de la ville par Mayeur.

  • Posté par stals jean, vendredi 16 juin 2017, 12:03

    Re-faire de la politique autrement? Je viens de lire tout l'article qui évoque la problématique de la baisse ou non des accises sur le tabac...Le ministre des Finances du royaume Belgique n'a pas plus de moralité qu'un politicien d'une "république bananière" aux mains des mafias financières les plus criminogènes qui soient. Madame Delvaux, ce qui vient de se passer en France, après l'élection de Trump, avec ce qui se passe dans toutes les nations du monde sans aucune exception, quelque soit le Continent, c'est la victoire absolue, oui absolue, de l'ultralibéralisme débridé et décomplexé. Débridé et décomplexé, est d'ailleurs un bel euphémisme...Guerrièrre, Triomphante, criminogène, voir criminelle, serait bien plus approprié pour qualifier cette volonté des maîtres du Monde, càd des maîtres des multinationales de tous les secteurs d'activités mais d'abord des banques et des places boursières, de n'avoir comme seul et unique objectif que le profit financier maximum pour un nombre infime d'individus...Voila la politique autrement que nous préparent tous nos gouvernement de collabos oui de collabos il n'y à pas d'autres mots pour qualifier ces crapules, ces chiens de garde de la dictature de l'actionnariat mondialisée. Madame Delvaux, Macron ce pantin des oligarques de la finance et des médias n'est pas devenu le président d'une république bananière de l'Afrique profonde, non, c'est le président de la France cet exemple de démocratie parlementaire de merde qui donne juste envie...de quitter le système solaire......Ce Macron va faire de la politique autrement... Effectivement, sa feuille de route est cosignée par Le patron du Figaro, je n'écris pas par votre patron à vous, ce Marcel, donc, capable comme tous bon apôtre d'un l'ultralibéralisme assassin, enragé, de vendre avec un maximum de profit de la corde à ceux la même qui vont le pendre....Le conseil le plus intelligent à donner au monde politique belge et pas que belge bien entendu... Continuez sans désemparer comme vous le faites à prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages, sans oublier qu'ici, en 1945 des malheureuses qui s'étaient vendues fièrement aux nazis ont été sans hésitation tondues en public...

  • Posté par Temmerman Martine, vendredi 16 juin 2017, 8:39

    Tout à fait.... MAIS cela n'est concevable et possible qu'avec TOUTES de nouvelles têtes... Là, par rapport à d'autres partis nettement moins pourris, le P.S. a hélas une chance que d'autres n'ont pas ou pas encore... cf. le PTB : de nouvelles têtes, pas (encore) de casseroles & autorisé à fabuler... mais ça marche (à défaut d'être "En Marche" ) !!!

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs