Bruxelles: la réouverture du tunnel Porte de Hal retardée au 3 juillet (photos et vidéos)

© Le Soir / René Breny
© Le Soir / René Breny

Le tunnel Porte de Hal ne sera rouvert à la circulation que le 3 juillet, au lieu du 28 juin comme initialement prévu, a annoncé vendredi le ministre bruxellois de la Mobilité, Pascal Smet, lors d’une visite du chantier. Ce délai supplémentaire est justifié par la découverte de fissures sur le toit de l’infrastructure du métro.

L’ensemble de ce qui composait l’intérieur du tunnel a été enlevé, ont pu constater les journalistes lors d’une visite de presse.

Une rénovation approfondie

Lors des travaux, des petites fissures ont été mises au jour au niveau du toit de l’infrastructure du métro. Les réparations du béton et des vérifications d’étanchéité sont en cours, tout comme l’asphaltage de la chaussée et la mise en place d’enrobant, a expliqué Pascal Smet. «L’objectif était de réaliser une rénovation approfondie», a-t-il souligné, ajoutant que les normes de sécurité les plus strictes avaient été appliquées, avec notamment l’ajout de deux issues de secours. Une attention particulière sera plus tard portée au design et un architecte sera désigné avec pour mission de donner un look plus moderne à l’ouvrage, a encore déclaré le ministre.

Les fissures découvertes lors du désasphaltage ont nécessité de repousser de cinq jours la date de réouverture du tunnel à la circulation. «La dalle était très abimée, des travaux d’égalisation ont dû être réalisés», a précisé le responsable d’Eiffage, l’entreprise en charge du chantier. Celui-ci mobilise jusqu’à 50 travailleurs. «Nous sommes en plein rush car tous les travaux de génie civil doivent être achevés pour le début de la Foire du Midi» le 15 juillet, a encore expliqué le responsable.

Une seule bande dans un premier temps

La circulation dans le tunnel reprendra donc le 3 juillet, mais sur une seule bande dans chaque sens au lieu de deux. D’avril 2018 à janvier 2019, échéance fixée pour la fin des travaux, le tunnel sera par ailleurs fermé la nuit.

Les photos du chantier

© Le Soir / René Breny
© Le Soir / René Breny

© Le Soir / René Breny
© Le Soir / René Breny

© Le Soir / René Breny
© Le Soir / René Breny

© Le Soir / René Breny
© Le Soir / René Breny

© Le Soir / René Breny
© Le Soir / René Breny

© Le Soir / René Breny
© Le Soir / René Breny

© Le Soir / René Breny
© Le Soir / René Breny

© Le Soir / René Breny
© Le Soir / René Breny

© Le Soir / René Breny
© Le Soir / René Breny

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BELGIUM ROYALS PATERNITY TRIAL

    À avoir trop de pères, Delphine Boël n’en a eu aucun

  2. Selon son avocat M
e
 Marc Uyttendaele, «
la souffrance de Delphine Boël est toujours là.
»

    Affaire Delphine Boël: la justice et l’ADN ont eu raison du déni d’Albert II

  3. Les dépenses en soins de santé vont augmenter, en raison des coûts technologiques.

    Manifestation nationale: des experts plaident pour refinancer la Sécurité sociale

La chronique
  • Lettre du Brexit: Cela fait bizarre d’écouter un opéra sans voix

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite