Bruxelles: la réouverture du tunnel Porte de Hal retardée au 3 juillet (photos et vidéos)

© Le Soir / René Breny
© Le Soir / René Breny

Le tunnel Porte de Hal ne sera rouvert à la circulation que le 3 juillet, au lieu du 28 juin comme initialement prévu, a annoncé vendredi le ministre bruxellois de la Mobilité, Pascal Smet, lors d’une visite du chantier. Ce délai supplémentaire est justifié par la découverte de fissures sur le toit de l’infrastructure du métro.

L’ensemble de ce qui composait l’intérieur du tunnel a été enlevé, ont pu constater les journalistes lors d’une visite de presse.

Une rénovation approfondie

Lors des travaux, des petites fissures ont été mises au jour au niveau du toit de l’infrastructure du métro. Les réparations du béton et des vérifications d’étanchéité sont en cours, tout comme l’asphaltage de la chaussée et la mise en place d’enrobant, a expliqué Pascal Smet. «L’objectif était de réaliser une rénovation approfondie», a-t-il souligné, ajoutant que les normes de sécurité les plus strictes avaient été appliquées, avec notamment l’ajout de deux issues de secours. Une attention particulière sera plus tard portée au design et un architecte sera désigné avec pour mission de donner un look plus moderne à l’ouvrage, a encore déclaré le ministre.

Les fissures découvertes lors du désasphaltage ont nécessité de repousser de cinq jours la date de réouverture du tunnel à la circulation. «La dalle était très abimée, des travaux d’égalisation ont dû être réalisés», a précisé le responsable d’Eiffage, l’entreprise en charge du chantier. Celui-ci mobilise jusqu’à 50 travailleurs. «Nous sommes en plein rush car tous les travaux de génie civil doivent être achevés pour le début de la Foire du Midi» le 15 juillet, a encore expliqué le responsable.

Une seule bande dans un premier temps

La circulation dans le tunnel reprendra donc le 3 juillet, mais sur une seule bande dans chaque sens au lieu de deux. D’avril 2018 à janvier 2019, échéance fixée pour la fin des travaux, le tunnel sera par ailleurs fermé la nuit.

Les photos du chantier

© Le Soir / René Breny
© Le Soir / René Breny

© Le Soir / René Breny
© Le Soir / René Breny

© Le Soir / René Breny
© Le Soir / René Breny

© Le Soir / René Breny
© Le Soir / René Breny

© Le Soir / René Breny
© Le Soir / René Breny

© Le Soir / René Breny
© Le Soir / René Breny

© Le Soir / René Breny
© Le Soir / René Breny

© Le Soir / René Breny
© Le Soir / René Breny

© Le Soir / René Breny
© Le Soir / René Breny

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Jean-Pierre et Luc Dardenne

    Pourquoi les films des frères Dardenne sont faits pour Cannes

  2. Le 4 août 1981, Reagan convoqua la presse à la roseraie de la Maison-Blanche...

    Quand décolla le «reaganisme»

  3. Le retour de Farage au cœur de l’échiquier politique britannique souligne l’exaspération du peuple du Leave devant l’impasse du Brexit.

    Brexit: le retour de Nigel Farage ou le spectre de 2014

Chroniques
  • Élections 2019: Jan Jambon, le vegan patron boucher

    Jan Jambon, Premier ministre ? Mais c’est comme si on mettait un vegan à la tête d’une boucherie ! » Et voilà donc ce que twittait ce lundi un facétieux, suite à l’interview au Nieuwsblad où Jan Jambon annonçait sa détermination à devenir Premier ministre de la Belgique. L’idée avait bien été déjà balancée il y a quelques semaines en marge de l’annonce par Bart De Wever de sa candidature comme ministre-président de la Flandre. Le président de la N-VA avait alors poussé l’un de ses meilleurs ex-soldats au fédéral à faire un coming out : « Mais dis-le que tu es candidat à devenir Premier ministre ». Jan Jambon, un peu gêné, avait pouffé puis confirmé, tout le monde avait ri et on était passé à autre chose.

    Mais voilà, c’est de retour ! Et cette fois, de...

    Lire la suite

  • Notre-Dame: la générosité ne garantit pas l’indulgence

    Dans 500 ans – si la planète est toujours là –, les visiteurs de la nouvelle cathédrale de Notre-Dame de Paris s’interrogeront sur l’identité de cette gargouille et de cette guivre à tête humaine qui orneront peut-être la partie restaurée du bâtiment : « Mais qui sont ces gens ? » On leur répondra : les donateurs de l’époque. Lorsque Notre-Dame a brûlé, deux hommes, François Pinault et Bernard Arnault, ont cassé leur tirelire pour permettre à ce monument de reprendre le cours de sa longue vie et au peuple de...

    Lire la suite