A DEUX PAS DU BERLAYMONT PARALYSE LA METAMORPHOSE DU CHARLEMAGNE

A deux pas du Berlaymont paralysé

La métamorphose du Charlemagne

Le Charlemagne a vécu. Vive le nouveau Charlemagne ! Les 50.000 m2 de l'ex-conseil des ministres européen commencent leur métamorphose. Cofinimmo, le propriétaire du bâtiment, a reçu le feu vert de la Région et est sur le point d'obtenir son permis d'urbanisme. Il vide les locaux. Dans quelques semaines, le gros des travaux débutera. Fin 97, la transformation sera achevée et l'Europe réintégrera l'immeuble, en vertu d'un bail emphytéotique de 29 ans, signé en octobre 95.

C'est à la mi-décembre que la commission de concertation s'est tenue. Elle n'a donné lieu à aucune remarque, si ce n'est celle de l'Arau qui a réclamé comme à son habitude du logement. Le Charlemagne (170, rue de la Loi) est cependant entièrement situé en zone bureau. Son affectation ne changera pas. Sa superficie, sous-sol compris, va légèrement progresser à 67.000 m2. Il gardera ses 16 niveaux. Sa branche centrale sera rabotée et sa forme reprofilée en un arrondi. Coût ? Moins de 4 milliards.

Les immeubles bas accolés (très laids) seront détruits, si bien que la surface de bureaux proprement dite diminuera au profit des salles de réunion. L'entreprise de rénovation a été confiée à l'architecte germano-américain Helmut Jhan. À lui de corriger les erreurs urbanistiques des années 60 (le Charlemagne fut achevé en 67).

La philosophie du projet ? Eviter un deuxième «Berlaymont». Un chancre européen, c'est assez ! Cet objectif avoué est facilité par l'absence d'amiante. C'est le 20 juillet 95 que le Conseil des ministres a quitté le bâtiment, devenu obsolète. Rapidement, un consensus s'est établi entre autorités régionales, communales et européennes pour faire de cette rénovation quelque chose d'exemplaire. Quelque 2.500 m2 de logements seront construits dans les environs immédiats, en compensation de l'extension de la superficie du bâtiment.

FRANÇOIS ROBERT