Ferrières Les vétérans US sont de retour Un canon à Werbomont pour la 82 e aéroportée

Ferrières Les vétérans US sont de retour Un canon à Werbomont pour la 82e aéroportée CHRISTIAN LAPORTE

Dans l'histoire du dénouement de la Seconde Guerre mondiale, la 82e division Airborne américaine joua un rôle moteur. Présente sur les plages normandes lors du Débarquement, elle s'illustra encore dans la libération des Pays-Bas et prit une part décisive dans les combats de la bataille des Ardennes. Les anciens de cette division sont dès lors d'authentiques héros qui ont traversé l'Atlantique pour venir défendre nos libertés.

A Werbomont, dans l'entité de Ferrières, leur souvenir est demeuré particulièrement vivace parce que c'est là que les généraux Ridgway et Gavin avaient fixé un de leurs quartiers généraux pendant l'offensive von Runstedt. Il a pourtant fallu attendre le 50e anniversaire de la bataille pour qu'une stèle y fut érigée en leur mémoire avec l'aide de la commune à l'initiative de deux anciens volontaires du 21 e bataillon de fusiliers, Pierre M. Nelis et Charles Viseur qui voulaient rendre hommage à leurs frères d'armes US.

Dans le cadre d'un pèlerinage sur les lieux de leurs exploits, des vétérans encadrés par différents groupements patriotiques dont une délégation de l'Amicale royale du 21e bataillon de fusiliers y seront de retour ce lundi 28 mai. Accueillis vers 15 heures, les «anciens» participeront à l'inauguration d'un canon qui rappellera également aux générations futures comment les chars nazis purent être refoulés dans le secteur Trois-Ponts, Vielsalm, Manhay. Un succès de taille qui démantela une des deux principales poussées allemandes, l'autre s'étant centrée sur Celles et, au-delà, Dinant.

A la mi-décembre 44, la guerre faillit changer de visage. La contre-offensive allemande était lancée et l'espoir des chars d'Otto Skorzeny était d'atteindre rapidement les ponts de Huy et d'Amay sur la Meuse pour reprendre progressivement pied dans l'ensemble de la Belgique. Il n'en fut rien mais la 1e Panzerdivision réussit à atteindre Werbomont. Il fallut toute la détermination de Ridgway, arrivé dare-dare de Londres pour stopper cette avancée qui risquait d'ouvrir la voie vers Liège. A partir de leur quartier-général établi dans une fermette de Bosson, les Alliés allaient établir une nouvelle ligne de résistance entre Malmedy et Bastogne.

Dès le 20 décembre, la 82 e division aéroportée du général Gavin fut chargée de refouler l'ennemi. La situation faillit mal tourner pour les soldats américains mais ils purent prendre le dessus le 26 décembre. Entre-temps, le maréchal Montgomery était venu sur place, y fêtant même Noël en dégustant la traditionnelle dinde préparée par son cuisinier personnel. La trêve y fut cependant de très courte durée car les combats reprirent de plus belle. Et comme le danger se précisait de plus en plus, les hauts gradés américains se replièrent sur Filot (Hamoir). Werbomont était entré dans l'Histoire grâce aux héros de Sainte-Mère-Eglise...

Pour de plus amples renseignements sur les hauts faits de Werbomont, on se référera notamment aux travaux du major Engels.