IL A TENTE DE METTRE FIN A SES JOURS KIM ASSASSINEE: LE PERE INTERNE

Il a tenté de mettre fin à ses jours

Kim assassinée:

le père interné?

Vaines recherches pour retrouver Ken Heyrman (8 ans), le petit frère de Kim dont on a découvert le cadavre vendredi dans un bassin du port d'Anvers.

Et moment d'émotion insoutenable ce samedi quand la maman de Kim Heyrman (11 ans) assassinée après avoir probablement été la victime de sévices sexuels, s'est recueillie en pleurs aux bords du bassin Asia dans le vieux port d'Anvers avant d'y jeter une gerbe de fleurs.

DE NOMBREUSES

BLESSURES

C'est dans ce bassin à l'eau noire comme de l'encre, entouré de montagnes de charbons, que vendredi peu après 9 h le batelier Fréderic Nauwelaerts a découvert le corps flottant de la petite Kim. La jeune fille n'était plus habillée que d'un T-shirt et d'un singlet. On lui avait arraché son soutien-gorge. Ses bas-culotte noirs et son slip étaient descendus jusqu'au chevilles. L'autopsie extérieure du corps relativement bien conservé, grâce à la basse température de l'eau, a montré que Kim Heyrman séjournait dans l'eau depuis peu après sa disparition. Elle avait de nombreuses blessures au cou, dans le dos, dans la poitrine et dans le ventre. Ses jambes étaient plein d'égratinures, probablement causées par des buissons et elles portaient encore de multiples de traces de verdure.

Dimanche, le juge d'instruction Gégoir chargé de l'enquête, disait ne pouvoir affirmer ni infirmer «dans l'intérêt de l'enquête» que les blessures dans le dos, au ventre et dans la poitrine de la petite Kim soient dues à des coups de couteau. Vu la nature et l'endroit des multiples blessures il ne fait toutefois aucun doute que celles-ci n'ont pas été causées par une hélice ou par un gouvernail de bateau. Quant à l'enquête sur les éventuels sévices sexuels dont pourrait avoir été victime la malheureuse Kim Heyrman le juge d'instruction Grégoir restait tout aussi discret. La décomposition du corps est tel qu'il a été impossible de retrouver d'éventuelles traces de sperme. Il ne nous reste qu'à attendre le résultat des analyses de l'ADN.

Par contre le juge d'instruction affirmait que les quelques vêtements retrouvés dans le bassin Asia par des plongeurs à la recherche du corps de Ken Heyrman, n'appartenaient à aucun des deux enfants.

Le ratissage d'une vaste zone autour du bassin Asia n'a pas donné de résultats concrets pouvant aider les enquêteurs. Aujourd'hui les hommes-grenouilles de l'armée continueront leur tâche difficile dans l'eau pratiquement inpénétrable du bassin Asia.

LE PÈRE ADOPTIF

EST SUSPECTÉ

Au parquet d'Anvers les limiers de la police judiciaire se concentrent maintenant sur la recherche de l'assassin de Kim, et probablement également de Ken Heyrman.

Peut-être plus que jamais Manuel Heyrman, le père de Ken et père adoptif de Kim après son mariage avec sa mère Tiny Delaporte dont il est divorcé depuis quelques années, reste-t-il le suspect numéro un.

Il y a quelques semaines Manuel Heyrman avait transmis une lettre anonyme au Parquet d'Anvers dont le contenu et la redaction étaient plus que troublants. La lettre ne portait aucune trace d'empreinte digitale et était redigée à l'aide de caractères d'imprimerie afin de ne pouvoir déchiffrer l'écriture qui devrait trahir l'auteur.

Cette lettre annonçait que Kim et Ken avaient été assassinés et que leur corps avaiet été jetés dans le canal Albert, à hauteur de la Schijnpoort, qui se situe à quelques centaines de mètres seulement du bassin Asia.

En outre les enquêteurs ont toujours trouvé fort suspect l'alibi fourni par Manuel Heyrman sur son emploi du temps la nuit du 4 au 5 janvier 1994. Il prétend s'être retiré dans la cave de sa maison à Hoboken afin d'y méditer. Selon ses propres paroles il avait coutume d'agir ainsi.

UNE TENTATIVE

DE SUICIDE

Le lundi 7 février Manuel Heyrman a essayé de se suicider en insurgitant un grand nombre de médicaments. Il doit la vie sauve à un transfert rapide à la clinique Stuyvenberg.

Dès le lendemain, Heyrman était admis dans un hôpital psychiatrique. Demain le juge de paix décidera de son sort.

S'il est interné, Manuel Heyrman ne pourra plus être interrogé par les enquêteurs du parquet d'Anvers et il semble que le procureur d'Anvers ne s'opposerait pas à son internement.

EDDY SURMONT