LIEGE Une petite leçon de toponymie L'Ilot Saint-Michel et ses nouvelles rues

LIÈGE Une petite leçon de toponymie L'Ilot Saint-Michel et ses nouvelles rues

Liège se prépare à vivre avec un nouveau coeur. La place Saint-Lambert est achevée et l'Ilot Saint-Michel ouvrira officiellement ses portes le 1 er septembre. Ses portes et ses rues. Le conseil communal vient d'approuver le noms des nouvelles artères qui alimentent ce nouveau coeur. Ces noms sont nécessaires et obligatoires non seulement pour les personnes, les sociétés ou les commerces qui y éliront domicile mais aussi pour que les forces de l'ordre puissent localiser plus précisément les constats qu'elles pourraient y faire.

L'échevine de l'Etat civil, Nicole Struvay, s'est plongée dans les archives pour rechercher les fondements toponymiques de ces quatre nouvelles rues.

Saint-Michel. L'Ilot Saint-Michel est divisé en quatre. La voirie qui s'étend de la rue Haute Sauvenière au coin de la rue Joffre et de la place Saint-Lambert s'appellera tout simplement rue Saint-Michel. Au sommet, près de l'hôtel de Soer, on parlera de place Saint-Michel. Ces intitulés reprennent, en gros, ceux qui étaient d'application avant la démolition du quartier, au début des années 60. Ce nom est lié à une église Saint-Michel qui se serait dressée à mi-côte de la Haute Sauvenière. C'était la paroisse du bourg de Sauvenière, explique Théodore Gobert. Dans un premier temps on l'appelait église Saint-Michel en la Sauvenière pour la différencier d'un second sanctuaire de ce nom, situé près du Marché.

Official. La rue de l'Official s'étend du coeur de l'Ilot (au croisement avec la rue Saint-Michel) vers la rue de Bruxelles. Dans le passé, une petite rue du même nom reliait la place Verte au pied de la rue Haute Sauvenière . Un conseil communal du 6 mars 1863 décide, d'ailleurs, de lui rendre ce nom déjà tombé dans l'oubli. A l'origine, son nom est lié à la cour de l'Official qui se tenait non loin. Il s'agit en fait de la cour chargée, par le Prince-Evêque, de traiter les matières ecclésiastiques mais aussi certaines affaires civiles (testaments, contrats de mariage, désignations de «mambours» (tuteurs et curateurs)...

Populaire. La rue de la Populaire part de la place de l'Opéra vers la rue Saint-Michel. Elle rappelle évidemment la première «maison du peuple» de Liège autrefois installée dans un ancien hôtel du XVIIe siècle, place Verte (qui deviendra place Maréchal Foch après 1918). C'est une importante coopérative qui en avait fait l'acquisition (1894). Dès 1898, elle était agrandie par la construction d'une salle des fêtes pour... 2.000 personnes. Elle fut un des hauts lieux du Parti Ouvrier Belge. Elle fut cependant détruite en 1977 dans le cadre de la construction de la gare souterraine de la place Saint-Lambert. Rappelons que l'ensemble des pierres qui formaient sa façade sont conservées par la Ville qui finira bien par leur trouver une destination.

Jardins. L'Ilot Saint-Michel ayant été conçu à différents niveaux, des noms sont également adoptés par le conseil communal pour les différents jardins qui bordent les cheminements aux étages. Ces noms s'appliquant en fait à un domaine privé, seront suggérés aux gestionnaires de l'Ilot. Les quatre noms retenus mettent en évidence deux grands jazzmen liégeois (Bobby Jaspar et René Thomas), ainsi que deux monstres de la bande dessinée (le dessinateur Victor Hubinon, entre autres père de Buck Danny, et le scénariste Jean-Michel Charlier à qui ont doit aussi Buck Danny ainsi que Blueberry, Les Chevaliers du Ciel, Barbe Rouge...).

É. R.