LIEGE : LE REVEIL DU CIRQUE DES VARIETES

Sous son chapeau pointu en zinc...

Le réveil du cirque des variétés

Le cirque d'hiver de Liège n'est plus seulement un parking à étages. Par la vertu d'un projet ambitieux...

Etrange destin que celui de ce bâtiment circulaire de quatre étages caché à l'angle de la rue Lonhienne, à deux pas du boulevard de la Sauvenière et de l'hôtel Ramada: on y a applaudi la troupe de Buffalo Bill et Constant-le-Marin, on y a patiné à roulettes, on y a fait courir des lévriers, on y a rangé des voitures sur plusieurs niveaux grâce à des monte-charges spéciaux (on le fait encore à New York), on y a joué du théâtre, demain peut-être y organisera-t-on des banquets!

Le bâtiment est sorti de terre comme école d'équitation, en 1853; sa forme actuelle remonte à 1894, le cirque des variétés pouvait accueillir sous sa coupole 3.500 spectateurs en trois rangées de loges échelonnées. Depuis 1929, c'est devenu un parcage couvert...

Avec les aides régionales aux bâtiments classés, des subsides de la Fondation Roi Baudouin, l'intervention (chacune pour 1 %) de la ville et de la province, le solde étant assumé par le propriétaire, l'ASBL «Ville et Quartier», locataire pour 27 ans des deux derniers niveaux, a entrepris le sauvetage de ce lieu magique.

Michel Firket, président de l'ASBL:

Nous avons rassemblé environ vingt-sept millions à ce jour. Nous cherchons encore trois ou quatre millions.

Dirigés par les architectes Creusen, Herzé, Theunissen et Van de Velde, les travaux avancent.

La première phase avait consisté dans la réparation de la toiture et la construction de l'escalier d'accès aux niveaux les plus élevés. Aujourd'hui, au terme de la deuxième, toiture en zinc et verrières refaites, charpente métallique restaurée, revêtements intérieurs terminés, le quatrième étage est opérationnel. Mais il ne peut recevoir que 120 personnes à la fois (pour raisons de sécurité).

Remède: un deuxième escalier permettant d'accepter dans l'espace circulaire de mille mètres carrés jusqu'à 500 personnes. Finition en septembre. Manqueront encore - au 3e étage - le chauffage, des loges pour les artistes, une cafétéria, des toilettes.

Tout cela pour quoi faire? Le projet d'utilisation du lieu est réaliste.

Notre ambition culturelle est humble: offrir un lieu d'accueil d'une réelle qualité esthétique, d'un agencement très original. Il n'y a pas de concurrence au centre de Liège pour cette salle, juge Michel Firket.

Fin raisonnable des travaux? L'an 2000... Peut-être.

M. H.