Etiquettes : RTBF et RTL fulminent

Fu-ri-bards ! Il n’y a pas d’autre mot pour qualifier l’état d’esprit des états-majors de la RTBF et de RTL à la suite de la parution de la dernière livraison du Soir Magazine, mercredi. En une, l’hebdomadaire annonçait une « enquête » révélant « la couleur politique des journalistes télé ». De quoi faire bondir les deux directions : la couleur politique n’est jamais entrée en ligne de compte à RTL tandis que la RTBF a éradiqué le phénomène puisque seuls l’administrateur général et le conseil d’administration sont encore nommés sur des bases politiques.

Le Soir Magazine n’hésite pourtant pas à affirmer par exemple que, côté RTBF, Jean-Pierre Jacqmin, François De Brigode, Johanne Montay ou Nathalie Maleux sont de « tendance PS » alors que, à RTL, Pascal Vrebos, Laurent Haulotte ou Frédéric Cauderlier seraient de « tendance MR » tandis que Fabrice Grosfilley y est décrit comme « profilé PS ».

En réalité, rien ne vient appuyer ces thèses, sauf des supputations ou des propos de couloirs ou de rédactions car l’on ne parle pas ici d’appartenance à un parti mais bien de convictions tout à fait privées et absolument jamais visibles à l’antenne. De quoi faire sortir de leurs gonds à la fois Jean-Paul Philippot à la RTBF et Philippe Delusinne à RTL. Après des réunions au sommet en interne, les deux maisons se sont concertées pour réagir à des affirmations jugées de part et d’autre comme « insupportables » à la fois par les journalistes concernés, qui estiment que leur intégrité professionnelle est remise en cause, et par leur hiérarchie respective.

CDJ et droit de réponse

La RTBF et RTL ont finalement opté pour une action devant le Conseil de déontologie journalistique créé voici un an et qui n’avait pas eu jusqu’ici l’occasion de traiter d’affaires très médiatiques. Cette action conjointe de la télé publique et de la principale chaîne privée est évidemment symboliquement forte par rapport au contenu des articles incriminés.

A côté de cela, à la RTBF, on a rédigé, à l’insistance de certains journalistes particulièrement accablés, un droit de réponse adressé au magazine afin de répondre au contenu du dossier, et auquel on espère encore associer RTL. RTL dont les patrons de l’info ont tenu à réitérer dans un mail adressé à toute la rédaction leur attachement à « l’indépendance et à la neutralité » de leurs journalistes comme autant de valeurs de la chaîne. Stéphane Rosenblatt, directeur de l’information, Laurent Haulotte, directeur de la rédaction, et Fabrice Grosfilley, rédacteur en chef, ont ainsi rappelé que « cet article se base sur des rumeurs et des déclarations anonymes malveillantes. Il a été écrit sans qu’aucun contact n’ait été pris avec les journalistes concernés. Il porte clairement atteinte à la vie privée et à la réputation de nos journalistes et à notre tradition d’indépendance ».

Pour autant, Michel Marteau, rédacteur en chef du Soir Magazine, n’en démord pas : « J’assume tout ce qui figure dans cet article. Moi, ce qui m’intéresse en tant que patron de journal, c’est que les informations publiées soient justes, et personne ne nous dit qu’elles ne le sont pas. S’il y a des erreurs, elles seront rectifiées. Mais que l’on ne se méprenne pas : comme tous les citoyens, les journalistes ont le droit d’avoir des opinions. Cela ne jette pas l’opprobre ni le discrédit sur leur travail. » Les intéressés apprécieront.