Le CPAS refile son passif à la Ville

MARIE-ISABELLE GOMEZ

Il a été beaucoup question d'argent, jeudi soir, à Fontaine-l'Evêque. Le conseil communal a en effet approuvé le compte communal 2004, présenté avec un déficit de 3,181 millions d'euros, et le budget 2005 du CPAS. Mieux vaut tard...

Le président du CPAS et conseiller communal, Salvatore Mannino, a profité de cette séance pour justifier son choix de siéger en tant qu'indépendant. Le membre du Parti socialiste italien de Fontaine-l'Evêque justifie sa décision par des divergences de vue avec ses pairs et le manque de soutien financier des autorités communales pour permettre au CPAS de remplir ses missions. Le PS, lui, reproche à Salvatore Mannino de ne pas avoir respecté l'accord qui prévoyait de céder sa place après trois ans à la présidence, mais aussi une gestion approximative des dossiers du CPAS. Dont ceux des candidats réfugiés politiques, avec à la clé la perte des subventions estimées à 1,2 million d'euros.

C'est dans ces conditions difficiles que le budget du CPAS a été présenté. La dotation communale initiale pour le CPAS qui s'élevait à 1,5 million d'euros, a dû être revue à la hausse. Une augmentation de 500.000 euros a été demandée. À l'approche de cette fin d'année, je peux déjà estimer les besoins financiers à 2,2 millions d'euros pour l'année 2006, estime le président du CPAS. La majorité PS s'est engagée à faire progresser la dotation communale et à lui fournir plus de personnel administratif.

Quant au compte communal 2004, la majorité socialiste n'a pu justifier l'important mali. Pour l'échevin des finances, il y a eu une estimation peut-être trop élevée des recettes lors du budget et le rendement des taxes a été moins important que prévu. Mais l'opposition est restée sur sa faim.