NIVELLES,LE CHAMPION DES TOURS FINALS

Nivelles, le champion des tours finals

Nivelles retrouve la promotion après presque 40 ans. Et Roger Smet, son ambitieux président, veut continuer jusqu'en division 3.

SK Londerzeel 2

CS Nivelles 2

Nivelles s'est fait une spécialité des tours finals. C'était le troisième consécutif et le deuxième ponctué par une montée. Voilà le CS Nivellois en promotion, exactement 38 ans après le Stade Nivellois. Après un long bail de sept saisons en deuxième provinciale, le club de Roger Smet vient coup sur coup de connaître les joies de la montée.

Le SK Londerzeel nourrit la même ambition depuis longtemps. Battus 2-1 à l'aller, les Flamands croyaient encore dur comme fer en leurs chances. Côté nivellois, une des clefs du match résidait dans le marquage de Somers, le remuant attaquant local. Et le capitaine Vincent Rousseau s'acquitta parfaitement de cette lourde tâche même si Somers fut le premier à semer le danger devant les buts défendus par Van Walleghem. Schurgers l'imita à la 9e mn d'un tir tendu que le portier nivellois détourna au prix d'une belle envolée. Le forcing du KSK fut récompensé dans la minutes suivante : Robeyns déstabilisa Teugels à la limite du rectangle, l'arbitre n'y fit que du feu et désigna le point de penalty. Van Riet se chargea de la transformation (1-0).

Passé le premier quart d'heure entièrement à l'avantage des visités, Nivelles équilibra les échanges. Mieux même, à la 27e mn, Laurent dévia un coup franc, brossé par Salvini, au fond des filets de Van Campenhout (1-1). En début de deuxième mi-temps, Nivelles reprit les mêmes et recommença : coup franc distillé par Salvini et reprise imparable de Laurent (1-2).

À un peu plus de vingt minutes de la fin, le SK Londerzeel reprit espoir. Là aussi, le second but fut parfaitement similaire au but d'ouverture : Rousseau déséquilibra Somers, véritable poison pour les défenses. Cette fois, le penalty ne souffrait aucune discussion. Très adroit dans ce genre d'exercice, ce fut à nouveau Van Riet qui s'avança pour ramener les deux équipes à égalité.

Par la suite, Nivelles cadenassa le jeu et aurait même pu reprendre l'avance sur l'une des nombreuses contre-attaques entreprises par Zoso. Au coup de sifflet final, les (nombreux) supporters aclots envahirent le terrain. Vous connaissez la suite : les habituelles scènes de liesse. Tous ont salué dans l'exploit nivellois la victoire d'un groupe.

EDDY LAMBERT

SK Londerzeel : Van Campenhout, Stallaert, Teugels, Moyson (80e mn : Bas), Van Riet, Priem, Van den Driessche (89e mn : Golfa), Lorenzo (70e mn : Stevens), Schurgers, Somers, Roseau.

CS Nivelles : Van Walleghem, Rousseau, Derycker, Laurent, Dequenne (89e mn : Michel), Robeyns, Salvini (85e mn : Van Cauwenberghe), Cordier, Reiter, Prévot, Zoso.

Arbitre : Ceuppens.

Buts : 10e mn : Van Riet (1-0); 27e mn : Laurent (1-1); 55e mn : Laurent (1-2); 68e mn : Van Riet (2-2).

Cartes jaunes : Van Riet; Lorenzo; Derycker; Robeyns; Cordier; Prévot.

Roger Smet : «Un jour, nous serons en division 3»

Tous les Nivellois sont unanimes, à commencer par les joueurs : cette victoire est avant tout celle d'un groupe extrêmement soudé. S'il y a une mention spéciale à attribuer, accordons-là à Vincent Rousseau, le vaillant capitaine du CS Nivellois qui a décidé de raccrocher les crampons.

- J'ai préféré arrêter parce que je n'avais plus de vie de famille, explique-t-il. Cette décision était déjà prise avant le match, ce qui ne m'a pas empêché de me livrer à fond pour le club. Nivelles le mérite car il a à sa tête un excellent président et un comité qui fait du bon travail. Et n'oublions pas les supporters qui nous ont toujours soutenus. Sans eux, nous ne serions pas là aujourd'hui.

Vincent Rousseau, qui troquera son brassard de capitaine contre une fonction de kiné au sein du CS Nivelles, détenait l'une des clefs du match : en réduisant le dangereux Somers au silence, c'est tout le SK Londerzeel qui devenait muet.

- C'est un grand attaquant très difficile à tenir à l'oeil. Je tiens d'ailleurs à préciser qu'il y avait bel et bien faute pour ce qui concerne le deuxième penalty. Cette victoire, c'est tout le noyau qui l'a acquise. Je pense aux absents, Forget, Pacella ou encore De Boitselier, qui méritaient d'être là après leur belle saison.

Sitôt le retentissement du coup de sifflet final, la joie s'empara du camp nivellois. Le président Roger Smet n'aurait jamais espéré pareille consécration en début de saison. Ça le rend d'autant plus ambitieux.

- Demain, je fête le Doudou à Mons, confie-t-il. Puis, mardi, nous commencerons à discuter sérieusement. Les joueurs ne me facilitent pas la vie. Comment faire une croix sur un groupe qui monte ? Au départ, nous voulions seulement être crédibles en première provinciale. Une chance unique de grimper directement en promotion s'est présentée, et je félicite les joueurs de l'avoir saisie. La page Freddy Gastaldello tournée, nous allons revoir notre football. Le nouvel entraîneur, Herbert Rios, prônera un style de jeu plus offensif basé notamment sur une défense de zone. Sous ma présidence, la volonté du CS Nivellois a toujours été de jouer les premiers rôles. Nous n'avons pas du tout l'intention de changer. Nous irons dès lors en promotion avec l'ambition de rallier l'étage supérieur. Je me suis toujours promis que Nivelles serait un jour en division 3.

E. L.

Une équipe remaniée autour de Rios

Le tour final à peine terminé, les tractations vont déjà bon train au CS Nivellois. Elles avaient déjà commencé en coulisse, afin de ne pas déconcentrer les joueurs engagés dans le tour final. Si l'avenir du club de Roger Smet se dessinera seulement dans les prochains jours, on en connaît déjà les contours.

Ainsi, Freddy Gastaldello, parfaitement suppléé durant le tour final par son fidèle lieutenant Jean-Pierre Matton, a déjà un successeur : Herbert Rios. «Gasta» avait donné sa griffe au CS Nivelles qu'il fit monter de deuxième en première provinciale : un jeu basé sur un engagement de tous les instants, un collectif indisociable et une condition physique à toute épreuve. Lorsque Roger Smet et Gastaldello décidèrent de commun accord de mettre un terme à leur fructueuse collaboration, la direction de l'équipe première fut placée entre les mains de l'adjoint Jean-Pierre Matton. Celui-ci fit mieux que relever le challenge du tour final : il le gagna. La saison prochaine, il retournera dans l'ombre aux côtés d'Herbert Rios.

- On a déjà bien travaillé pour le prochain championnat, confiait ce dernier peu avant le match au SK Londerzeel. Mais tout en respectant le groupe qui jouait une carte très importante dans ce tour final. La campagne de recrutement était d'ailleurs largement tributaire du dénouement final. Car il y a de la marge entre jouer en promotion ou en première provinciale.

Le choix d'Herbert Rios comme nouvel entraîneur ne relève pas du hasard. Car ce travailleur de l'ombre présente une sérieuse carte de visite. Cet ancien gardien de but joua pendant près de 12 ans au plus haut niveau en Colombie. Pays sud-américain dont il fut le gardien international, notamment aux Jeux olympiques de Moscou. En Belgique, Herbert Rios est surtout connu pour son travail avec les gardiens du RWDM et dernièrement de La Louvière. Rios n'est pas tout à fait un néophyte dans la corporation des entraîneurs : s'il est vrai que Nivelles est la première équipe fanion qu'il prend en charge, il avait déjà auparavant entraîné les juniors de l'Union-St-Gilloise et des Francs Borains. De plus, son curriculum renseigne un diplôme français et celui de l'école du Heysel. De bonnes références qui incite à l'optimisme.

- En m'engageant pour deux saisons, le président Roger Smet m'a demandé de faire progresser le club, poursuit Rios. Nous nous sommes livrés à une petite analyse dont il ressort que la ville de Nivelles possède tous les atouts nécessaires pour avoir un club en division 3.

Si ce rêve se matérialise un jour, ce sera sans quelques joueurs de l'actuel noyau. En plus du capitaine Vincent Rousseau qui ne chaussera plus ses crampons dès la saison prochaine, le trio italo-belge composé de Pacella, Salvini et Zoso ne défendra plus les couleurs de Nivelles la saison prochaine. D'autres départs pourraient encore suivre...

Des mouvements en sens inverse ont également eu lieu. Fidèle à une tradition qui porte ses fruits, les dirigeants nivellois ont à nouveau passé au crible le Hainaut où il déniche régulièrement d'excellents joueurs. Cette année, ils n'ont pas dû chercher bien loin. Herbert Rios, en poste à La Louvière sous les ordres de Freddy Smets, emportera dans ses bagages quelques jeunes du Tivoli. Ainsi, Mustafa Cisse, qui fut déjà de passage au parc de la Dodaine, et Frédéric Guillot sont les premiers cités. Les dirigeants nivellois ont également recruté du côté de Verrewinkel, fraîchement fusionné avec la Rhodienne : le longiligne attaquant Jo Tshupula a d'ores et déjà apposer sa signature au bas d'un contrat en faveur du CSN. Et Mustafa Tchamekh suivra peut-être...

E. L.